Burkina Faso: le Conseil constitutionnel valide la réélection du président Kaboré

·1 min de lecture

Malgré les anomalies et des irrégularités constatées, le Conseil constitutionnel a déclaré le scrutin régulier, transparent et sincère, et validé la victoire du président sortant Roch Marc Christian Kaboré au premier tour.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Le président sortant Roch Marc Christian Kaboré est réélu avec 57,74% des suffrages, selon le Conseil constitutionnel. Un chiffre légèrement en dessous des résultats provisoires qui avaient été annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) en novembre (57,87%) après le scrutin du 22 novembre. La raison : les résultats de 200 bureaux de vote ont été annulés par le Conseil constitutionnel suite à des anomalies ou irrégularités constatées. Le taux de participation est de 50,20%.

Pour sa première participation à une élection présidentielle, Eddie Komboïgo arrive deuxième, loin derrière le vainqueur avec 15,54% des suffrages. Le candidat de l’ex-parti au pouvoir qui attendait les résultats définitifs pour féliciter Roch Marc Christian Kaboré ne l’a pas encore fait, selon un responsable du parti. « Mais il le fera dès que possible », précise-t-il.

Le paysage politique réorganisé ?

Avec 12,46% des voix, Zéphirin Diabré, l’actuel chef de file de l’opposition, n’a pas fait mieux qu’en 2015. Alors, la question est de savoir si l’Union pour le progrès et le changement (UPC) rejoindra la majorité présidentielle ou restera dans l’opposition aux côtés du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Le parti ne s’est officiellement pas encore prononcé. Mais certains cadres rejettent déjà l’idée d’être la deuxième force politique de l’opposition après le CDP. Ces cadres et militants du parti qui ne conçoivent pas que l’UPC reste dans une opposition conduite par le CDP.