Burkina Faso: de cadres du parti de l’ex-président Kaboré démissionnent en masse

Au Burkina Faso, 17 membres du bureau exécutif national et une centaine de cadres ont quitté le Mouvement du peuple pour le progrès, l’ex-parti au pouvoir, dans une lettre adressée à Alassane Bala Sakandé, chef de la formation de l’ex-président Roch Marc Christian Kaboré. La création d’un nouveau parti n’est pas à l’ordre du jour, selon l’un des démissionnaires, mais il assure que d’autres vagues de démission sont attendues dans le paysage politique burkinabè.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Parmi les démissionnaires du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), il y a des membres du bureau exécutif national et du bureau politique national. Y figurent aussi plusieurs anciens ministres, tels que l’ex-chef de la diplomatie Alpha Barry, l’ancien ministre de l’Énergie Bachir Ismael Ouedraogo ou encore l’ex-ministre déléguée à l’Administration territoriale Madjara Sagnon Tou, ainsi que des anciens députés.

Cette deuxième vague de démissions fait suite à un audit qui a révélé des dysfonctionnements au sein du parti, selon un ancien membre du bureau exécutif national du MPP : « L’audit a ressorti de grands manquements aussi bien au niveau organisationnel qu’au niveau de la camaraderie. Le clanisme et la division avaient pris le dessus », regrette cette source.

« Au lieu de continuer à travailler dans un panier à crabes, il est plus intelligent de faire valoir nos idées et nos compétences indépendamment de nos mentors », et aller vers une nouvelle dynamique au-delà des clans, des régions et des ethnies, souligne notre source.


Lire la suite sur RFI