Burkina Faso, Biden, Russie : les informations de la nuit

VINCENT BADO / REUTERS

Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises. Ouagadougou souhaite que les soldats quittent son sol dans un délai d’un mois, ont indiqué samedi soir l’Agence d’information burkinabée (AIB) et une source proche du gouvernement. Mardi, le président de transition, le capitaine Ibrahim Traoré, arrivé au pouvoir dans un putsch fin septembre, le deuxième en huit mois, avait affirmé devant des étudiants que le “combat pour la souveraineté” était “engagé”. “Dans les heures à venir vous verrez un certain nombre d’informations tendant à revoir nos relations avec certains États”, avait-il prévenu. “Depuis quelques temps des voix s’élèvent contre la présence de l’armée française sur le sol burkinabé”, rappelle le site d’information Wakat Séra. Plusieurs manifestations, la dernière vendredi, ont récemment eu lieu à Ouagadougou pour exiger le retrait de l’ex-puissance coloniale de ce pays sahélien, qui héberge un contingent de près de 400 forces spéciales françaises. D’après des sources proches du dossier consultées par l’Agence France Presse, l’option privilégiée par la France serait de redéployer ces militaires dans le sud du Niger voisin, où sont déjà déployés près de 2 000 soldats français.

États-Unis : de nouveaux documents confidentiels saisis au domicile familial de Joe Biden. La justice américaine a trouvé cette semaine six documents supplémentaires dans la résidence du démocrate à Wilmington, dans l’État du Delaware, a fait savoir, samedi, dans un communiqué, l’avocat personnel du président américain. Cette nouvelle découverte est rendue publique alors que d’autres documents, remontant à l’époque où Joe Biden était vice-président de Barack Obama (2009-2017), ont été découverts depuis le mois de novembre à la fois dans sa maison familiale et dans un centre d’études de Washington où il avait un bureau. L’affaire est particulièrement embarrassante pour le président américain, qui envisage de se déclarer candidat à la présidentielle de 2024. “Ces découvertes rendues publiques au compte-gouttes ont donné du grain à moudre aux critiques républicains”, note The Hill.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :