Burkina Faso: au moins 14 soldats tués lors d'une attaque dans le Centre-Nord

·2 min de lecture

Au moins 12 soldats ont été tués dans une attaque ce lundi, selon des sources sécuritaires. C’est le détachement militaire de Yirgou, situé dans la commune de Barsalogho dans la région du Centre-Nord, qui a été visé par des hommes armés.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

C’est très tôt lundi matin vers 5 heures, selon nos sources, que des hommes armés ont lancé un assaut contre le détachement militaire de Yirgou. Selon le ministère de la Défense, c’est une attaque terroriste qui a visé les soldats burkinabés. « Face aux assaillants venus en grand nombre et lourdement armé, les militaires burkinabès ont fait preuve d’une grande combativité en leur opposant une riposte vigoureuse », a réagi le ministre délégué à la Défense.

Les assaillants seraient venus à moto et avec des pick-up. Suite aux échanges de tirs, au moins quatorze militaires ont été tués, et plusieurs blessés ont été enregistrés. Tous les blessés ont été évacués dans la localité de Foubé, située à une soixantaine de kilomètres au nord de la commune de Barsalogho, pour leur prise en charge.

« Un important lot de matériels » appartenant à l'armée a été emporté par les assaillants, confie, sans plus de précisions, une source sécuritaire. Une autre source indique que quatre véhicules pick-up, une ambulance, des motocyclettes, des armes collectives et des munitions ont été emportés par les assaillants. Ils ont également incendié un véhicule blindé de type Cobra et d’autres matériels avant de quitter le site du détachement militaire, selon nos sources.

Des hommes armés revenant du Mali

La contre-offensive terrestre et aérienne déclenchée a permis de neutraliser plusieurs terroristes, selon le général Aimé Barthelemy Simporé. Mais le communiqué officiel ne donne aucun chiffre sur le nombre d’assaillants abattus.

La veille de cette attaque à Yirgou, les différents détachements ou postes avancés avaient reçu des messages d’alerte sur la présence de plusieurs combattants armés dans la région du Sahel. Selon une source sécuritaire, des dizaines de combattants des groupes armés terroristes avaient été aperçus dans le département de Tongomayel dans la province du Soum. Ces combattants étaient à bord de quatre véhicules pick-up et certains se déplaçaient en binome sur des motos. Selon ces mêmes sources, ces hommes armés revenaient du Mali.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles