Burkina Faso : les attaques se multiplient dans l’Est

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
La région de l’est du Burkina Faso est connue pour être une zone d’insécurité depuis quelques années. Tant et si bien que de nombreux villages se sont vidés de leurs habitants.
La région de l’est du Burkina Faso est connue pour être une zone d’insécurité depuis quelques années. Tant et si bien que de nombreux villages se sont vidés de leurs habitants.

Des hommes armés non encore identifiés ont investi très tôt lundi 3 mai matin le village de Kodyel, dans la commune de Foutouri dans l'est du Burkina Faso, s'attaquant aux populations et détruisant tout sur leur passage. Bilan : au moins 30 morts. C'est l'une des attaques les plus meurtrières commises par des djihadistes présumés dans ce pays depuis 2015, une semaine après l'exécution de trois Européens dans la même région.

« C'est un bilan toujours provisoire, car les gens ont fui le village », a indiqué, pour sa part, un membre des Volontaires de la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils engagés dans la lutte antidjihadiste aux côtés des forces de défense et de sécurité, de la commune de Foutouri, parlant d'une « trentaine de morts, hommes et femmes ». Il a précisé qu'il y avait également « une vingtaine de blessés, dont plusieurs graves ». Un responsable des VDP a aussi confirmé l'attaque, parlant d'un « bilan très lourd », au minimum « 20 à 30 morts ».

À LIRE AUSSITamounte : « Au Sahel, ne pas s'imposer, ne rien imposer »

Représailles ?

Le responsable régional des VDP a déclaré à l'AFP que « l'attaque a eu lieu tôt ce matin pendant que certains étaient toujours dans leurs maisons. Des dizaines d'hommes ont fait irruption dans le village et mis le feu à des maisons pendant que d'autres surveillaient, ils ont ouvert le feu sur les gens sans distinction. » « Les terroristes ont également blessé une quinzaine de personnes, dont certains ont été évac [...] Lire la suite