Burkina Faso : les événements marquants depuis la chute de Blaise Compaoré

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
La question sécuritaire a été au centre des préoccupations du gouvernement et des populations depuis 2014. 
La question sécuritaire a été au centre des préoccupations du gouvernement et des populations depuis 2014.

- Octobre 2014 : Compaoré chute chassé par la rue

Le 28 octobre 2014, des centaines de milliers de Burkinabè manifestent contre un projet de révision constitutionnelle qui permettrait le maintien au pouvoir de Blaise Compaoré, en place depuis 27 ans.

Le 30, Ouagadougou sombre dans la violence. L'Assemblée nationale est incendiée, la télévision publique prise d'assaut. Le vote de la révision constitutionnelle est annulé.

Sous la pression de la rue, le régime de Blaise Compaoré est tombé en octobre 2014. © ISSOUF SANOGO / AFP

Le lendemain, Blaise Compaoré quitte le pouvoir. Il se réfugie en Côte d'Ivoire, dont il ne peut être extradé, malgré un mandat d'arrêt international, puisqu'il a obtenu la nationalité ivoirienne grâce à son épouse.

La répression des manifestations fait officiellement 33 morts.

Le lieutenant-colonel Isaac Zida, numéro deux du régiment de sécurité présidentielle (RSP), se déclare « chef de l'État ».

Lire aussi Faut-il repenser la démocratie en Afrique ?

- De la transition au putsch raté

Le 16 novembre, l'armée et les civils signent une charte de transition. Le diplomate Michel Kafando est désigné chef de l'État intérimaire. Quelques jours plus tard, Zida devient Premier ministre.

Le 27, Michel Kafando démet de ses fonctions le général Gilbert Diendéré, chef d'état-major particulier de Compaoré, puis lance une purge au palais présidentiel et dans l'armée.

Michel Kafando a conduit la transition jusqu'à la présidentielle de 2015. © FILIPPO MONTEFO [...] Lire la suite