Burkina : décès de Marie-Soleil Frère, spécialiste belge des médias africains

·1 min de lecture

L'Universitaire et spécialiste des médias africains Marie-Soleil Frère s’est éteinte dans la nuit du 18 au 19 mars. Directrice de recherche, elle a enseigné le journalisme à l'université libre de Bruxelles, comme elle l'a fait à l'université de Ouagadougou. Auteure de plusieurs ouvrages, elle orientait notamment ses recherches sur le rôle des médias dans les évolutions politiques en Afrique francophone.

Serge Théophile Balima est professeur à l'université Joseph Ki Zerbo de Ouagadougou. Il a connu Marie-Soleil Frère quand elle est arrivée au Burkina Faso, au milieu des années 1990. Il se souvient d'une femme investie dans la recherche et qui s'intéressait tout particulièrement aux médias africains.

« Elle s’est beaucoup investie pour faire des recherches dans ce domaine-là, aussi bien dans la région des Grands Lacs qu’en Afrique de l’Ouest, confie Serge Théophle Balima à RFI. Elle a également beaucoup contribué à former une génération de journalistes au Burkina Faso, vraiment une élite tout à fait remarquable dans notre pays. »

Pour le professeur l'université Joseph Ki Zerbo, Marie-Soleil Frère « était une femme engagée qui défendait la liberté de la presse, qui défendait vraiment la démocratie et qui était pour la justice dans nos continents qui se cherchent. Elle s’est toujours rangée du côté des associations, des organisations de la société civile qui militent pour la défense des droits humains et qui défendent vraiment la liberté de la presse et la qualité du journalisme dans la sous-région. »

À lire et écouter aussi : Afrique de l'Ouest: «Un journaliste doit toujours garder sa distance critique»