Burkina: une campagne pour sensibiliser les jeunes sur les menstruations

·2 min de lecture

L’Unicef et le ministère de l’Éducation nationale mènent une campagne de sensibilisation des jeunes sur la gestion hygiénique des menstruations. Selon une étude, 21% des jeunes s’absentent à l’école chaque mois au Burkina Faso et au Niger à cause de leurs règles, qui ont des conséquences négatives sur leur résultat scolaire. Au cours de cette campagne, jeunes filles et garçons apprennent à mieux connaître l’appareil génital féminin et pour les filles, à mieux gérer les règles avec les méthodes simples et pratiques.

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Durant cette campagne, le dialogue est direct et franc entre les élèves et les animatrices, comme au lycée mixte de Gounghin à Ouagadougou où certains jeunes s’interrogent : « est-ce qu’il y a des solutions contre les douleurs extrêmes ? », « à quel âge commencent les menstruations ? », « est-ce normal d’avoir ses règles deux fois dans le même mois ? ».

Selon l’Unicef, de nombreuses jeunes filles s’absentent de l’école durant leur période de menstruation. Ce qui entraîne de fortes perturbations de leur cursus scolaire. Sandra Lattouf, représentante résidente de l’Unicef au Burkina Faso. « Une étude qui a été faite au Niger et au Burkina démontre que 21% des enfants ne viennent pas à l’école à cause des menstruations. D’autres statistiques démontrent que l’impact des menstruations est importante. »

Ambassadeur de l’Unicef, l’artiste rappeur Smarty, participe à cette campagne et encourage les jeunes à briser la glace et s’approprier le débat sur leur santé. « L’idée, c’est d’insuffler quelque chose en eux, quelque chose qu’ils pourront partager. On souhaite être en bonne santé et ne pas avoir au cours de sa jeunesse des grossesses indésirées ou des circonstances qui pourraient influencer notre avenir. »

L’Unicef a saisi l’occasion pour lancer sa plateforme, u-reporting, dédiée aux questions se rapportant à la gestion hygiénique des menstrues. La campagne va se poursuivre dans plusieurs écoles du pays