Dans le bureau d'Olivier Véran, un "angoissant tableau" : "C'est moi qui l'ai choisi"

·1 min de lecture

Quand il n’est pas sur le terrain, le ministre de la Santé, Olivier Véran, gère la crise sanitaire depuis son bureau situé dans le VIIème arrondissement de Paris. Il y a le luxe de pouvoir contempler une magnifique vue de Paris grâce une immense baie vitrée qui permet d’admirer la tour Eiffel, les Invalides ou encore la butte Montmartre. Un splendide paysage assombri par un « angoissant tableau qui surplombe le bureau du ministre », comme le révèle Libération dans son édition des samedi 23 et dimanche 24 janvier. « C’est moi qui l’ai choisi en vingt secondes sur catalogue pour renouveler la déco. Il est moche, mais c’est le seul où il y avait de l’eau et j’aime la flotte. Vous pensez que c’est une allégorie ? », a lancé à la journaliste de Libération Olivier Véran « dans un éclat de rire nerveux ». L’œuvre d’art commentée par le successeur d’Agnès Buzyn représente « une mer agitée la nuit ».

S’agit-il d’une toile prémonitoire ? D’une image fidèle à son état d’esprit ? « Peut-être qu’un ami lacanien (NDLR : sensible à la pensée du psychiatre Jacques Lacan) nous dirait qu’à travers ce choix de tableau, il faut traduire une impression de se noyer, mais ce n’est pas du tout le cas », a précisé avec humour au journal le ministre. Il confie en avoir « marre du virus », même s’il ne se « lasse pas » de « gérer la crise ».

Ces derniers mois, le compagnon de Coralie Dubost a été la cible de nombreuses critiques relatives à sa gestion de l’épidémie, notamment au sujet des masques, des tests, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Michel Sardou a eu deux enfants de deux femmes différentes à quelques semaines d'intervalle...
"Comme un chien attend ses croquettes" : Jean Castex crée des frustrations dans son gouvernement
Michel Sardou : qui est Elisabeth Haas, la mère de ses fils Romain et Davy ?
"C'est un virus !" : pour Julie Depardieu, "on dramatise énormément la situation sanitaire"
« Faire scandale et repartir » : Gérald Darmanin étrille Marine Le Pen