Publicité

La Bulgarie et la Roumanie entrent partiellement dans l'espace Schengen

Après 13 ans dans l'Union européenne, la Roumanie et la Bulgarie font officiellement leur entrée, dimanche 31 mars, dans cette vaste zone de libre circulation, à l'exception notable des frontières terrestres.

Après de longues années de négociations avec la Roumanie et la Bulgarie, les Vingt-Sept lèvent les contrôles aux frontières aériennes et maritimes. Désormais, dans les ports et les aéroports, les passagers bulgares et roumains n'ont plus besoin de présenter un passeport ou un visa pour voyager au sein de l'Union européenne. Mais pour l'heure, sur les routes, les contrôles seront maintenus, au grand dam des chauffeurs routiers. L'Autriche a mis son veto par peur d'un afflux de demandeurs d'asile.

La Bulgarie et la Roumanie étant membre de l'UE à part entière, leurs ressortissants avaient déjà le droit de voyager, mais aussi de travailler librement dans les autres pays de l'Union européenne, explique notre correspondant à Sofia, Damian Vodenitcharov. Du point de vue sécuritaire, les autorités bulgares et roumaines avaient déjà accès à toutes les bases de données Schengen depuis des années.

Jusque-là, l'espace Schengen comprenait 27 membres : les pays de l'Union européenne, à l'exception de l'Irlande, la Roumanie, la Bulgarie et Chypre. Ainsi que quatre États non membres : la Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein.


Lire la suite sur RFI