Bulgarie: le président dissout le Parlement, des législatives anticipées le 2 octobre

D'ici les élections, un gouvernement intérimaire devra trouver des solutions aux questions économiques et politiques épineuses qui ont ébranlé plus d'une fois le cabinet sortant.

Ce seront les quatrièmes élections législatives en deux ans. C'est la quatrième fois qu'un gouvernement intérimaire désigné par le président prend les manettes du pays, rappelle notre correspondant à Sofia, Damian Vodénitcharov. Jamais la Bulgarie n'a connu une telle instabilité politique et jamais, depuis la chute du communisme, un gouvernement n'a été poussé à la démission par une motion de défiance soutenue par un des partenaires de la coalition au pouvoir.

Pendant ses six mois d'existence, le gouvernement de Kiril Petkov n'a pas connu de trêve. La guerre en Ukraine, l'adhésion de la Macédoine à l'UE, la coupure des livraisons de gaz russe, l'inflation galopante de 17% sur un an, les tensions politiques constantes... Autant de problèmes pour les gouvernements à venir.

Pas de stabilité

Les sondages d'opinion ne sont guère optimistes quant à la stabilité politique après les législatives anticipées. Nous continuons le changement, le parti du Premier ministre sortant Kiril Petkov, pourrait perdre plusieurs points face à son rival GERB de Boïko Borissov, en tête des sondages. L'extrême droite pro-russe et anti-européenne pourrait également doubler ses sièges.

La Bulgarie est en proie depuis l'été 2020 à une instabilité déclenchée par des manifestations massives contre le Premier ministre conservateur Boïko Borissov, alors au pouvoir quasiment sans interruption depuis 2009.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles