La Bulgarie dans l'incertitude face à un Parlement morcelé

Vessela SERGUEVA
·3 min de lecture

Les conservateurs du Premier ministre bulgare Boïko Borissov, vainqueurs des législatives dimanche mais affaiblis par la montée du vote protestataire, se préparaient lundi à de difficiles négociations pour tenter de trouver un partenaire pour gouverner.

"Les résultats traduisent la profonde fragmentation de la société. Aucune majorité nette ne se dégage et le parti Gerb ne doit sa victoire qu'au souci de stabilité des électeurs", décrypte Antony Galabov, de la Nouvelle université bulgare.

Au pouvoir depuis une décennie, il arrive en tête avec 26% des voix, suivi de plusieurs formations très critiques à l'égard du gouvernement, selon les résultats provisoires publiés lundi.

Dans ces conditions, le Premier ministre de 61 ans, qui avait dû affronter en 2020 une vague de manifestations massives, a joué la carte de "l'unité" mais ses rivaux gardaient lundi le silence sur leurs intentions.

Dans une déclaration postée sur Facebook, M. Borissov a proposé de mettre en place "jusqu'en décembre" un gouvernement composé d'experts pour "traverser la crise du Covid-19".

- Un animateur télévisé en embuscade -

Les regards sont désormais tournés vers l'animateur télévisé satirique Slavi Trifonov: son nouveau parti populiste, Il y a un tel peuple (ITP), a créé la surprise (18%) en devançant largement les socialistes (15%).

Le chanteur populaire de 54 ans a surfé sur le mouvement de protestations de l'été dernier contre la corruption, alors même qu'il n'a participé à aucune manifestation.

Il a fait campagne exclusivement depuis le studio de sa propre chaîne privée, séduisant "les jeunes peu politisés de 18 à 30 ans", explique l'analyste Mira Radeva. Il a également été plébiscité par les Bulgares de l'étranger qui l'ont placé en tête.

En pointe dans les défilés antigouvernementaux, deux autres partis vont faire leur entrée au Parlement: Bulgarie démocratique, coalition de la droite citadine (10%) et Debout! Mafia dehors (DMD, gauche), qui a attiré près de 5% des votants.

Habituel faiseur de rois, le parti de la minorité turque MDL a recueilli environ 10% des voix, tandis que les nationalistes du VMRO, qui appartenaient au gouvernement sortant, n'ont pas réussi à dépasser la barre de 4%.

- Crise politique? -

Outre les scandales de corruption, "la pandémie a affecté les résultats", beaucoup d'électeurs "reprochant à M. Borissov d'être trop laxiste", a estimé Kiril Chinikov, un enseignant de 43 ans. Le Premier ministre s'est targué des restrictions les moins strictes d'Europe, malgré un des taux de mortalités les plus élevés de l'UE.

Les socialistes, les seuls à prendre la parole lundi, accusaient le coup après avoir atteint leur score le plus faible dans l'histoire post-communiste du pays.

"Nous ne soutiendrons aucun gouvernement - ni politique, ni d'experts - proposé par Gerb", a réagi la présidente du PSB, Kornelia Ninova. "Le pays entre dans une crise politique", a-t-elle estimé.

"Il est tôt pour parler de crise politique", a cependant relativisé Daniel Smilov, du groupe de réflexion Centre de stratégies libérales.

"Attendons que les diverses options de coalition, même si elles sont peu réalistes, soient examinées" par les forces parlementaires, a-t-il dit, tout en admettant que "les inconnues étaient nombreuses".

Pour l'informaticien Lubomir Tsekov, 67 ans, "les politiciens doivent maintenant faire preuve de sagesse pour former un gouvernement". "S'ils laissent libre cours à leur ego, il faut s'attendre à de nouvelles élections rapidement", avertit-il.

Dans un rapport publié lundi, l'OSCE, qui avait dépêché sur place une équipe de 92 observateurs, a déploré "l'utilisation massive des ressources de l'Etat qui ont donné au parti du Premier ministre un avantage considérable".

"L'absence de diversité" dans les médias a aussi joué un rôle, souligne l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe, alors que la Bulgarie est tombée à la 111e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

vs/anb/ial/