Bugaled Breizh : le sous-marin Dolfijn n'a pas commis de faute, assure la Marine néerlandaise

·1 min de lecture

Un sous-marin néerlandais présent près du lieu du naufrage du chalutier français Bugaled Breizh en 2004, au large de l'Angleterre, naviguait en surface au moment du drame et n'a pas commis de faute, a assuré un officier de la Marine néerlandaise, lundi à Londres. Les proches des cinq marins tués lors du naufrage pensent que le 15 janvier 2004, le chalutier qui pêchait au large des Cornouailles, au sud-ouest de l'Angleterre, a été envoyé par le fond par un sous-marin qui se serait pris dans ses filets. Le lendemain du drame, un exercice de l'Otan, impliquant les marines de plusieurs pays, devait se tenir dans la zone.

Faire la lumière sur les circonstances de l'accident

Aperçu dans la zone du naufrage, le sous-marin néerlandais Dolfijn a-t-il commis une faute ou agi de manière incorrecte ce jour-là ? "Non", a assuré le capitaine Jeroen van Zanten, des forces sous-marines néerlandaises, interrogé par visioconférence devant la Haute Cour de Londres. La justice britannique tente depuis plus d'une semaine de faire la lumière sur les circonstances de l'accident, inexpliquées à ce jour, après la fin en 2016 de la procédure judiciaire en France, non concluante.

Tout en reconnaissant que les sous-marins pouvaient poser un danger pour les bateaux de pêche, le capitaine van Zanten a souligné que des procédures existaient pour prévenir les accidents ou, en cas de collision, "réduire les dommages et sauver des vies". Selon une déclaration écrite du commandant du Dolfijn de l'époque, Frede...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles