Publicité

Sur le budget de la Sécu, la motion de censure de LFI (encore) rejetée

Élisabeth Borne photographiée à l’Assemblée nationale en novembre 2022 (illustration)
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP Élisabeth Borne photographiée à l’Assemblée nationale en novembre 2022 (illustration)

POLITIQUE - Bis repetita du côté du Palais Bourbon. La motion de censure déposée par LFI après le nouveau recours au 49-3 par Élisabeth Borne sur le budget de la Sécu a (encore une fois) été rejetée ce samedi 4 novembre, ne parvenant pas à réunir les 289 voix nécessaires pour faire chuter la Première ministre.

Car, comme c’est désormais le cas depuis le début de la mandature, trop de voix manquent à l’appel pour donner le coup de grâce à la cheffe du gouvernement. Et pour cause, seuls 89 députés ont approuvé cette motion de censure.

Insuffisant donc pour déloger Élisabeth Borne de l’Hôtel de Matignon, et bloquer l’adoption de projet de loi de finances de la Sécurité sociale (PLFSS) en première lecture. Depuis sa nomination, Élisabeth Borne a survécu à 23e motion de censure, comme le montre le graphique ci-dessous :

À la tribune, la Première ministre a dénoncé ce samedi la « multiplication des motions de censure » raccourcissant la durée des débats.

La Première ministre avait déclenché l’article 49-3 sur la partie « dépenses » et l’ensemble du budget de la Sécurité sociale, portant ainsi au nombre de 15 les recours à cette arme constitutionnelle controversée.

Comme le veut la procédure, ce PLFSS prend maintenant la direction du Sénat, où il sera examiné avant un retour à l’Assemblée nationale pour une adoption définitive. Ce qui se passera, selon toute vraisemblance, par un nouveau 49-3, qui devrait (encore) entraîner le dépôt d’une nouvelle motion de censure de la part du groupe présidé par Mathilde Panot, voire une motion supplémentaire déposée par le Rassemblement national.

À voir également sur Le HuffPost :

Projet de loi immigration : Les Français rejettent l’article 3 et le 49-3 - SONDAGE EXCLUSIF

Après le 15e 49.3 d’Élisabeth Borne à l’Assemblée, Olivier Faure juge « la démocratie malade »