Le budget pour l’hôpital rallongé d’un demi-milliard d’euros, annonce Braun

French Health Minister Francois Braun attends on a session on the French health insurance budget for 2023 at the National Assembly, French Parliament lower house, in Paris on November 21, 2022. (Photo by Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)
GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP French Health Minister Francois Braun attends on a session on the French health insurance budget for 2023 at the National Assembly, French Parliament lower house, in Paris on November 21, 2022. (Photo by Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Le ministre de la Santé a justifié cette enveloppe supplémentaire, via un amendement au projet de budget de la Sécu, en raison des « surcoûts liés au Covid ».

SANTÉ - Un peu d’air pour le secteur de la santé. Le ministre de la Santé François Braun a annoncé ce lundi 21 novembre une enveloppe supplémentaire de plus d’un demi-milliard d’euros pour l’hôpital en 2022, en raison des « surcoûts liés au Covid ».

« Le gouvernement a déposé un amendement visant à mieux tenir compte en 2022 des surcoûts liés au Covid à l’hôpital pour un montant de 543 millions d’euros », a déclaré le ministre de la Santé devant l’Assemblée nationale.

Cette rallonge, via un amendement du gouvernement au projet de budget de la Sécu, « s’inscrit dans notre effort sans précédent pour soutenir l’hôpital et tous les personnels qui le font fonctionner », a ajouté François Braun. Début novembre, François Braun avait déjà annoncé des mesures, notamment pour les services pédiatriques, pour un montant total d’environ 400 millions d’euros.

Un nouveau 49-3 attendu

Le projet de loi de la Sécu prévoit par ailleurs d’améliorer la prévention, avec des rendez-vous aux âges clés de la vie, de lutter contre les « abus » d’arrêts de travail en encadrant la téléconsultation et de réformer la formation des médecins généralistes en ajoutant une quatrième année avec des stages « en priorité » dans les déserts médicaux.

Faute de médecins de garde « sur tout le territoire » les soirs et les week-ends, le gouvernement veut aussi étendre la « permanence des soins » aux infirmiers, sages-femmes et dentistes.

Sans majorité absolue, et crispé par ses défaites lors des votes sur le budget de l’État, le camp présidentiel va scruter l’attitude des oppositions à l’ouverture pour savoir à quel combat s’attendre. « Les conditions actuelles font qu’il y aura sûrement » un 49.3, a reconnu la rapporteure Stéphanie Rist (Renaissance).

VIDÉO - Gaétan Casanova : "On travaille 100 heures par semaine. C’est ce qui transforme un hôpital qui soigne en un hôpital qui tue"

À voir également sur Le Huffpost :

 

Lire aussi

Réforme de l’assurance chômage : ce qui va changer concrètement

Pour la prévention du suicide chez les jeunes, le papier toilette utilisé au Japon