Budget : feu vert du Sénat à un usage très limité de l'huile de friture comme carburant

© JEAN-LUC FLÉMAL / BELGA MAG / BELGA VIA AFP

Le Sénat a donné dans la nuit de lundi à mardi un tout petit feu vert à la légalisation de l'huile de friture usagée comme carburant, mais en limitant drastiquement ses possibilités d'utilisation. La légalisation de l'utilisation des huiles alimentaires usagées comme carburant était une proposition des députés écologistes retenue par le gouvernement dans la version du projet de budget soumise au 49.3. Elle avait été adoptée une première fois par l'Assemblée nationale en juillet dernier dans le projet de loi "pouvoir d'achat". Mais les sénateurs lui avaient substitué une simple demande de rapport, finalement retoquée comme "cavalier législatif" par le Conseil constitutionnel.

>> LIRE AUSSI - Pollution de l'air : l'État condamné à payer 20 millions d'euros par le Conseil d'État

 

Une utilisation limitée

La position du Sénat a donc évolué, puisqu'il ne s'oppose plus à la mesure. Il cantonne néanmoins son utilisation uniquement aux "flottes captives", c'est-à-dire des véhicules appartenant à une entreprise ou une collectivité, qui s'approvisionnent en carburant à une même pompe dédiée. "Il faut savoir qu'aujourd'hui les taux de pollution, de rejets dans l'atmosphère, sont encore trop élevés", a indiqué le rapporteur général du budget Jean-François Husson (LR). L'expérimentation sur des flottes captives doit permettre "de progresser, puisqu'il y a à la fois le suivi, les carburants, les réglages et les industriels qui sont autour de ce dispositif".

La disposition n'a donné l...


Lire la suite sur Europe1