Le budget du 3919 revu à la hausse, les socialistes crient victoire

Une écoutante de la plate-forme téléphonique du 3919, numéro d’appel unique destiné aux femmes victimes de violences conjugales, s’entretient avec une personne au téléphone, en mai 2010 à Paris.
JACQUES DEMARTHON / AFP Une écoutante de la plate-forme téléphonique du 3919, numéro d’appel unique destiné aux femmes victimes de violences conjugales, s’entretient avec une personne au téléphone, en mai 2010 à Paris.

VIOLENCES CONJUGALES - C’est une bonne nouvelle pour la cause des femmes et la lutte contre les féminicides. Ce 7 novembre, la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), association chargée de gérer la ligne d’appel d’urgence 3919, a annoncé le quasi-doublement de son budget, passant de 3 millions d’euros en 2022 à 5,9 millions pour 2023, soit une augmentation de 2,9 millions d’euros.

C’est un renversement de situation inattendu qui a eu lieu autour de l’examen du budget 2023 au Parlement, adopté au 49-3, mais dont un amendement socialiste a été repêché au passage - et renforcé - par le gouvernement.

« Hallucinant ! »

Le 5 octobre, la députée socialiste spécialiste des Finances publiques, Valérie Rabault, avait repéré dans le projet de loi budgétaire initial que les objectifs du gouvernement en matière de réponse aux appels vers cette plateforme avaient été revus à la baisse. « Hallucinant », déplorait la députée du Tarn-et-Garonne en dénonçant un « objectif de qualité de service pour 2023 revu à la baisse » avec 75 % au lieu de 85 % de taux d’appels traités, comme le mentionnait la première mouture du projet de loi de finances (PLF).

La députée avait alors déposé un amendement au texte pour réclamer une hausse de 2 millions d’euros pour le 3919. Le gouvernement est allé plus loin, en ajoutant 900 000 euros à cette proposition. « Victoire », s’est exclamé le député socialiste Arthur Delaporte, qui avait cosigné l’amendement de sa collègue, vice-présidente de l’Assemblée nationale, Valérie Rabault. « C’est une plateforme essentielle, tous les appels ne sont pas traités », déplorait-il en commission des affaires sociales, avant l’adoption définitive du budget.

« Le gouvernement vient de publier le texte de son 49-3. Par rapport à son projet initial pour le budget 2023, il a donc ajouté les crédits que nous avions demandés pour le 3919 (cf. ci-dessous notre amendement voté) C’est une bonne nouvelle pour le #3919 ! », s’est félicité de son côté Valérie Rabault, le 3 novembre.

La ministre déléguée à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Isabelle Rome, qui n’a jamais critiqué publiquement cette baisse initiale des objectifs, s’est rendu dans les locaux de la FNSF le 4 novembre et s’est « réjoui de cette hausse importante », « fruit d’un important travail des parlementaires de la majorité ». Sans un mot pour les socialistes.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi