Budget 2022 : "Le 'quoi qu'il en coûte' a été justifié et a plutôt fonctionné"

·1 min de lecture

Le dernier projet de budget du quinquennat d'Emmanuel Macron est examiné ce jeudi au Sénat, après son passage devant l'Assemblée. Un budget que l'opposition qualifie de fantaisiste et d'électoraliste. Les députés ont notamment voté "l'amendement le plus cher de la Ve République", une promesse de 34 milliards d'euros d'investissements pour décliner en plusieurs années le plan d'investissements France 2030 annoncé par le chef de l'Etat pour "réindustrialiser" le pays et "décarboner" l'économie.

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h15 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

Invité sur Europe Matin jeudi, le premier président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, a estimé que le "quoi qu'il en coûte" voulu par le chef de l'Etat est justifié. "Le 'quoi qu'il en coûte' a été je crois justifié. Il fallait dépenser ces sommes et cet argent public pour permettre de limiter les impacts de la crise sur les agents économiques et les ménages et ça a plutôt fonctionné", a-t-il dit. 

Concernant le déficit 2021, Pierre Moscovici a également affirmé qu'il pourrait être un peu moins élevé qu'attendu. "En sortie de crise, nous avons un déficit à 5% en 2022 qui reste élevé, et un niveau de dette publique à 115% qui est élevé."

>> Plus d'informations à suivre


Retrouvez cet article sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles