Bryan Adams insulte le peuple chinois sur Instagram, les internautes sous le choc

Lorsqu’on demande à une personne née avant 1990 sa définition de Bryan Adams, beaucoup (surtout ces dames) sortent leur trousseau de qualificatifs romantiques : « sensible, amoureux, beau… » Lors de cette décennie fluo-pop, le chanteur canadien jouait dans la même cour que d’autres beaux-gosses des charts comme Glenn Medeiros, George Michael ou bien encore Ricky Martin. Sa consécration viendra avec deux tubes : Please forgive me, un slow d’enfer qui restera des semaines numéro un des ventes dans tout l’hémisphère Nord, et (Everything I do) I do it for you, une autre balade lente à danser collé-serré, qui sera – même – utilisée dans la bande originale d’une superproduction hollywoodienne, Robin des bois, prince des voleurs de Kevin Reynolds avec Kevin Costner. Depuis, force est de constater que le pauvre Bryan Adams n’a pas ravagé le Top 50. Malgré une vaine tentative de retour au début des années 2000, c’est toujours sur son aura 90’s que le beau blond surfe aujourd’hui… Peut-être plus pour longtemps…

Le dérapage sur Internet

Hier, lundi 11 mai 2020, sur Instagram et Twitter, Bryan Adams, visiblement aigri, a rédigé un message loin d’être passé inaperçu. Annonçant à ses abonnés que – normalement – il devait entamer à cette date une série de concerts au mythique Royal Albert Hall, le chanteur s’en est pris au peuple chinois qui, selon l’artiste, reste fautif dans la crise sanitaire coronavirus. « Merci à certains “maudits” mangeurs de chauves-souris, a-t-il écrit, vendeurs dans les

Retrouvez cet article sur Voici

Meghan Markle et le prince Harry : un nouveau téléfilm axé sur le Megxit est en préparation
PHOTO Nicolas Bedos : son tendre hommage à sa mère, qu'il compare à une célèbre actrice
Quotidien : 600 millions de masques détruits en trois ans ? Les révélations chocs de deux journalistes
VIDEO Jean-Pierre Pernaut sanctionné par TF1 ? Nathalie Marquay pousse un coup de gueule
Macha Méril exaspérée depuis la disparition de Michel Legrand, elle explique pourquoi