Bruxelles s’attaque à Amazon sur la gestion des données personnelles

·1 min de lecture

Bruxelles s'en prend à Amazon, le grand gagnant du confinement. Après un an et demi d'enquête, la Commission a décidé d'engager des poursuites contre le géant américain du commerce en ligne.

Bruxelles considère qu'Amazon "abuse illégalement de sa position dominante en Allemagne et en France, ses deux plus gros marchés en Europe". Comment ? En exploitant à son profit les données des commerçants indépendants qui vendent leurs produits par l'intermédiaire de la place de marché d'Amazon. Par exemple : un magasin de jouets vous vend un camion de pompier et une poupée via Amazon. Amazon sait donc qui vous êtes, quels sont vos goûts, il mouline ces données dans son algorithme et ensuite, quand vous reviendrez sur Amazon, il vous proposera directement des produits correspondant à votre profil, en court-circuitant du coup le magasin qui les vend aussi. Les enquêteurs de Bruxelles ont épluché 80 millions de transactions pour arriver à cette conclusion. Il faut noter qu'une enquête sur le même sujet est en cours aux États-Unis où Amazon risque aussi d'être également poursuivi par le Département de la Justice pour abus de position dominante.

Le paradoxe c'est qu'Amazon offre en même temps une vitrine à des milliers de commerçants.

C'est ce qui rend le dossier complexe. D'un côté, Amazon récolte en effet beaucoup de données sur des millions de clients. Mais en même temps, il faut savoir que 800.000 commerçants vendent leurs produits via Amazon, ça représente même 60% des ventes qui sont c...


Lire la suite sur Europe1