Bruxelles : avec le Parti du Travail de Belgique, la gauche radicale au plus haut

·1 min de lecture

Selon le dernier Grand Baromètre de la politique belge, le parti d’extrême gauche (PTB) continue de progresser dans les sondages. Le résultat d’un système politique complexe, d'une crise du Covid qui favorise le retour aux idéaux communistes et d’une communication bien rodée.

Depuis peu, un parti politique a le vent en poupe. Certains le définissent comme de gauche radicale, d'autres d'affreux suppôts de l’extrême gauche, d'autres encore de communistes… Son nom : le PTB, pour Parti du Travail de Belgique. Ses figures emblématiques sont très populaires au plat pays : le président Peter Mertens, son porte-parole Raoul Hedebouw ou encore le député européen Marc Botenga. Ce parti, qui il y a encore quelques années était bien loin des libéraux du MR et des socialistes PS en termes d'intentions de vote, est en train de faire sa place dans la cour des grands.En effet, selon le dernier Grand Baromètre politique RTL info - Le Soir réalisé par Ipsos, il se place en troisième position en Wallonie avec une augmentation des intentions de vote de 5,2 % par rapport à décembre 2020, de 3,7 % à Bruxelles et de 2,6 % en Flandres où il reste encore très loin du parti d’extrême droite, le Vlaams Belang (23,6 % des intentions de vote) et des conservateurs de la N-VA (20 %). " Même s’il faut se méfier des sondages comme celui-ci, s’il y a une chose à retenir c’est qu’il faut désormais compter sur ce parti en Belgique " confirme Dave Sinardet, professeur en sciences politiques à la Vrije...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Erdogan-von der Leyen : à Bruxelles, le " bon père de famille " n’est plus ce qu’il était

Radine, naïve, en retard et chaotique : vaccination, les quatre péchés capitaux de Bruxelles

Rassemblement interdit dans un parc à Bruxelles : Antigone au Bois de la Cambre ?

Rassemblement interdit dans un parc : à Bruxelles, un poisson d’avril qui dégénère

Nucléaire : à Bruxelles, l’Allemagne veut la peau de l’atome