Bruxelles : Bahar Kimyongür, Belge d'origine turque et opposant au régime d'Erdogan, menacé de mort

·1 min de lecture

Journaliste, activiste, traducteur, très actif sur les réseaux sociaux, il vient de se retirer de Twitter à la suite de menaces répétées. Un de ceux qui le poursuivent, proche du pouvoir d'Ankara, lui a fait passer le message par un intermédiaire. Il fera bientôt connaissance avec lui, "en tête à tête".

Pas tout à fait à l'aise, c'est le moins que l'on puisse dire. Il faut reconnaître que les menaces que reçoit Bahar Kimyongür, journaliste belge d'origine turco-syrienne, opposant notoire au régime d'Erdogan, n'aident pas à passer de bonnes nuits. " Et pourtant ce n'est pas quelqu'un qui se stresse facilement " note la députée européenne Marie Arena, présidente de la sous-commission " Droits de l'homme " à Bruxelles, un de ses soutiens les plus attentifs.L'homme qui le menace n'est pas un enfant de chœur, et il a des appuis au plus haut de l'appareil d'État. Emrah Celik, membre de l'AKP, dont il a été vice-président pour la jeunesse à Kapakli, dans la province de Terkidag, aurait combattu en Syrie au sein de la 2e division côtière de l'armée syrienne libre. Un groupe composé pour l'essentiel de " Loups gris ", ce mouvement nationaliste turc d'extrême droite réputé pour sa violence, dissous en France à la suite de descentes dans les quartiers arméniens de Lyon durant le conflit au Haut Karabakh. Sur des vidéos circulant sur le net, on le voit brandissant la tête d'un soldat syrien, un doigt pointé vers le ciel : " Cette division qui tient le mont Turkmène, où elle...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Jeu du menteur entre Bruxelles et Londres sur l'exportation du vaccin AstraZeneca

Salariés ou indépendants ? Uber et les travailleurs des plateformes à la croisée des chemins à Bruxelles

"La situation est difficile" : à Bruxelles, errements et tourments sur la gestion du Covid

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex