Brutalités policières au Nigeria : #EndSARS, le cri de ralliement d'une jeunesse en quête de justice

Falila Gbadamassi
·1 min de lecture

Pour beaucoup de Nigérians, c'est un point de non-retour qui a été franchi dans la soirée du 20 octobre 2020 dans la mobilisation contre les brutalités policières, porté par le hashtag #EndSARS, et qui s'est transformée depuis en plaidoyer pour la bonne gouvernance au Nigeria. Quelques heures après l'annonce d'un couvre-feu dans l'Etat de Lagos pour contenir "les manifestations pacifiques" ayant "dégénéré" en "un monstre", selon le gouverneur Babajide Sanwo-Olu, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles sur les participants à un rassemblement au niveau du pont à péage du Lekki Toll Gate, dans la capitale économique Lagos, afin de les en déloger.

"C'est un bien triste tournant"

Sur les réseaux sociaux, les Nigérians se sont partagé quasiment en direct, souvent avec le hashtag #LekkiTollGateShooting, les images de ce qu'ils qualifient de "massacre". Le bilan reste encore incertain. "C'est un bien triste tournant. La dernière fois que cela s'est produit ici, c'était pendant le régime militaire... Il semble que nous soyons de retour dans les tranchées. C'est horrible. Le gouvernement nigérian devrait être tenu pour responsable du meurtre de sang-froid de ses propres citoyens. En fin de compte, il est plus facile pour le gouvernement d'écraser de jeunes citoyens pacifiques avec une violence aussi vicieuse que de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi