Brut crée un nouveau format de vidéo entièrement réalisé grâce à l'intelligence artificielle

Emmanuel Macron suivi par
Emmanuel Macron suivi par "Brut" au standard de l'Elysée. - Brut

Dans la séquence de moins d'une minute, un "deep fake" du journaliste Rémy Buisine lit les dernières informations sur la grève contre la réforme des retraites.

La séquence est aussi fascinante qu'elle fait froid dans le dos. Dans une vidéo partagée le 17 janvier par le média Brut, le journaliste Rémy Buisine lit les dernières informations sur la grève prévue ce jeudi 19 janvier. "Bonjour, c'est Rémy Buisine (...) et aujourd'hui je vais vous parler de la grève du 19 janvier, puisqu'on est à deux jours du début de la mobilisation contre la réforme des retraites", explique le journaliste, les yeux légèrement dans le vague.

Le spectateur attentif peut voir que les mouvements du reporter ne sont pas très naturels, presque mécaniques. Et pour cause. Il ne s'agit pas d'un humain. L'ensemble de la vidéo de moins d'une minute est en vérité le produit d'une intelligence artificielle (IA).

L'image est un "deep fake" de Rémy Buisine. C'est-à-dire qu'une intelligence artificielle s'est "nourrie" d'images du journaliste et grâce à son analyse, elle devient capable d'animer une image qui ressemble trait pour trait à l'original. Ses mouvements sont créés à partir d'une bande son enregistrée par le journaliste. À partir de celle-ci, le logiciel a pu deviner puis recréer les mouvements des lèvres, de la bouche et du visage.

A LIRE AUSSI : "Brut se réorganise pour ne pas devenir un "vieux média"

L'humain garde le contrôle

La démonstration technique de Brut.IA ne s'arrête pas là. Le texte que l'avatar lit tout au long de l'extrait est, là encore, le produit d'une intelligence...

Lire la suite


À lire aussi

"L'affaire Litvinenko" (M6) : Ce que la veuve de l'ex-espion russe a vraiment pensé de la mini-série
"On attend de savoir à quelle sauce on va être mangés", la longue incertitude qui plane au-dessus de Salto
RT France : Vers une fermeture définitive de la chaîne, menace sur les salaires des employés en janvier