Bruno Retailleau estime que "la marque Les Républicains" est "morte"

Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau
 - Sebastien SALOM-GOMIS © 2019 AFP
Le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau - Sebastien SALOM-GOMIS © 2019 AFP

Le président du groupe LR au Sénat est candidat à la présidence du parti. Il veut faire trancher les grandes orientations des Républicains par un référendum auprès des militants.

Bruno Retailleau, candidat à la présidence des Républicains, a estimé dimanche que "la marque" de son parti était "morte" et a indiqué vouloir faire trancher "par référendum interne" les "grandes orientations" par les militants, dans un entretien au Journal du Dimanche.

"Si on se contente de ripoliner la façade du parti, on est morts. Il faut tout changer. La marque 'Les Républicains' est morte", fait valoir le président du groupe LR au Sénat.

Bruno Retailleau dit vouloir "construire un parti populaire et patriote capable de rassembler tous les électeurs de droite".

Un référendum interne

"Pour cela, il faudra d'abord le rendre à ses militants. Si je suis élu, ils trancheront, par référendum interne, nos grandes orientations. Et nous travaillerons d'abord sur les idées, en renvoyant la question de la présidentielle après les européennes", a-t-il préconisé, affirmant n'être "candidat qu'à une seule chose, tout changer à droite : parti, méthode, logiciel".

"Incarner, c'est bien, mais incarner quelque chose, c'est mieux: les primaires ont été exclues de nos statuts et je ne compte pas les y remettre, ce sera donc à nos militants de choisir", développe encore Bruno Retailleau, alors que son adversaire Eric Ciotti a déjà indiqué soutenir une candidature de Laurent Wauquiez pour l'élection présidentielle de 2027.

Le député du Lot Aurélien Pradié et le maire d'Orléans Serge Grouard sont également candidats à la présidence du parti. Un vote des militants lors d'un congrès début décembre doit les départager.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Bruno Retailleau : "Madame la Première ministre, vous vous trompez en réduisant la mort de Lola à un simple fait divers"