Bruno Le Maire, le temps de l'incertitude

Par Marie-Laure Delorme
·1 min de lecture
Dans L’Ange et la Bête, sous-titré Mémoires provisoires, Bruno Le Maire revient sur les trois premières années du quinquennat d’Emmanuel Macron.
Dans L’Ange et la Bête, sous-titré Mémoires provisoires, Bruno Le Maire revient sur les trois premières années du quinquennat d’Emmanuel Macron.

La maison familiale est située sur les hauteurs de Saint-Pée-sur-Nivelle. La commune basque se retrouve soudainement envahie de voitures aux vitres teintées, de gendarmes, de chiens à l'affût d'un danger. Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances auprès d'Emmanuel Macron, reçoit, chez lui, Steven Mnuchin, secrétaire du Trésor des États-Unis. Les deux hommes se rencontrent pour discuter âprement des modalités de la taxation du numérique. La demeure de Bruno Le Maire est une vieille ferme en pierre, donnant sur vallée et montagne. Tout est convenu entre eux. Les saluts affectueux (« Salut Bruno ! Heureux de te voir »); les compliments (« Quelle belle maison ! », « Quelle belle vue ! ») ; la présentation de la famille (femme et enfants embrassés). Les deux hommes traversent, en bavardant, la pelouse de la propriété. Une claquette et un ballon traînent sur l'herbe et tout d'un coup, par la présence incongrue de deux jouets d'enfants, la vérité ordinaire de la vie fait irruption dans le cadre conventionnel du politique.

Dans L'Ange et la Bête, sous-titré Mémoires provisoires, Bruno Le Maire revient sur les trois premières années du quinquennat d'Emmanuel Macron. Le ministre explique ses décisions économiques, industrielles, financières ; s'arrête sur des femmes et des hommes politiques nationaux et internationaux ; éclaire les coulisses du pouvoir, où tout est feutré et brutal. La crise du Covid-19 et la puissance de la Chine rebattent les cartes du [...] Lire la suite