Bruno Le Maire répond à Michel-Édouard Leclerc sur une « inflation à deux chiffres en 2023 »

Bruno Le Maire, ici lors du G20 à Bali le 14 novembre, répond à Michel-Édouard Leclerc sur une « inflation à deux chiffres en 2023 ».
ADEK BERRY / AFP Bruno Le Maire, ici lors du G20 à Bali le 14 novembre, répond à Michel-Édouard Leclerc sur une « inflation à deux chiffres en 2023 ».

POLITIQUE - Le pire est-il à venir pour le porte-monnaie des Français ? Ce lundi 21 novembre, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire s’est montré rassurant sur l’évolution de l’inflation en 2023, en réponse à Michel-Édouard Leclerc qui s’inquiétait d’un « tsunami » des prix à venir.

« Nous n’aurons pas d’inflation à deux chiffres sur l’ensemble des produits français en 2023 », a estimé Bruno Le Maire sur franceinfo. « Toute notre politique vise à ce qu’en 2023, l’inflation reflue. Ça reste notre hypothèse centrale de travail », a-t-il ajouté, alors que la hausse des prix est estimée à « un peu plus de 5 % » sur l’ensemble de l’année 2022, selon Bercy.

Le ministre de l’Économie répondait ainsi au président du comité stratégique des centres E.Leclerc, Michel-Édouard Leclerc, qui avait estimé le 8 novembre que les Français devaient s’attendre à vivre une inflation « à deux chiffres » sur les produits alimentaires en 2023.

Inflation « à deux chiffres » sur l’alimentaire

Sur franceinfo, Bruno Le Maire a souligné que « l’inflation à deux chiffres existe déjà pour les produits alimentaires ». Selon un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) dévoilé le 6 novembre, « certains produits alimentaires ont connu des hausses de prix particulièrement élevées avec par exemple +60 % pour les huiles, +22 % pour la farine, +20 % pour les pâtes et +16 % pour la volaille » sur un an.

L’inflation reste à un niveau « très élevé » et « c’est extraordinairement difficile pour tous nos compatriotes », a reconnu Bruno Le Maire. Il a cependant vanté les mérites des dispositifs gouvernementaux, en particulier sur l’électricité et le gaz, visant à limiter cette hausse.

Cependant, malgré ces aides, les prix ne baisseront pas avant plusieurs mois. « Jusqu’à la fin de l’année 2022, nous continuerons à avoir des prix très élevés », prévenait le patron des finances françaises. « Ensuite début 2023, en tout cas c’est ce que nous prévoyons, dans le premier trimestre 2023, on devrait commencer à voir reculer les prix et l’inflation. Ça se fera progressivement », indiquait-il dans un entretien début août chez nos confrères de Sud-Ouest.

À voir également sur Le HuffPost :

Lire aussi