Bruno Le Maire persiste dans le projet de créer un "super-malus" automobile

1 / 2

Bruno Le Maire persiste dans le projet de créer un "super-malus" automobile

L’idée d’un malus déplafonné fait son chemin. Après avoir évoqué cette idée sur le plateau de BFMTV le 17 novembre, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a réaffirmé ce lundi qu’il travaillait avec Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, sur un malus beaucoup plus dur pour les véhicules fortement émetteurs de CO2.

Limité l’an prochain pour le moment à 12.500 euros pour les véhicules émettant 173 grammes de CO2 ou plus, le malus pourra être bien plus élevé pour les véhicules émettant plus que ce seuil. Les deux ministres souhaitent ainsi "déplafonner le malus pour les véhicules émettant plus de 172 grammes de CO2". Si les différents seuils n'ont pas encore été arrêtés, le seuil maximum devrait être de 20.000 euros.

Jusqu’à 20.000 euros maximum

Rien ne dit si ce super-malus aura plusieurs paliers. La grille 2020 du malus a déjà été adoptée dans les discussions à l’Assemblée nationale en première lecture du PLF. Dans quelques jours, un amendement parlementaire ou un amendement du gouvernement en seconde lecture pourrait ajouter au PLF ce dispositif de super-malus. Il devrait donc entrer en vigueur au 1er janvier 2020, s'il est adopté.

Reste à savoir combien de véhicules seront concernés. L’an dernier, 10.080 véhicules avaient été frappés par le malus maximal, alors de 10.500 euros. Soit une rentrée financière de 106 millions d’euros.

Selon l’AFP, le ministre a par...

Lire la suite sur Auto

A lire aussi