Bruno Le Maire dément toute candidature aux élections européennes 2024 et s’amuse d’être dans les sondages

Bruno Le Maire dément toute candidature aux élections européennes 2024
Bruno Le Maire dément toute candidature aux élections européennes 2024

POLITIQUE - Bercy oui, Strasbourg non. Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire dément ce dimanche 12 novembre toute velléité de candidature aux élections européennes 2024. Ce, alors que la liste Renaissance n’a à ce stade toujours pas de tête de liste.

« Non je ne suis pas candidat aux élections européennes », a assuré le ministre sur le plateau dans l’émission Questions politiques organisée par France Inter/France TV/Le Monde). « J’ai un principe absolu dans ma vie politique, c’est de respecter les Français. Ce serait très irrespectueux de leur dire que je m’engage dans une campagne européenne mais que je n’ai absolument pas envie d’être député européen et que je ne siégerai pas pendant 5 ans au Parlement européen », ajoute-t-il.

À sept mois de l’échéance, et alors que Rassemblement national, Reconquête, Écologistes et PCF ont déjà nommé leur tête de liste, le parti présidentiel Renaissance fait durer le suspense. Plusieurs noms sont évoqués, dont celui du locataire de Bercy testé par l’institut Ipsos dans un sondage publié par La Tribune Dimanche.

Le Maire préfère Séjourné ou Beaune

À la tête d’une liste Renaissance/MoDem/Horizons, le ministre de l’Économie est crédité de 22 % d’intentions de vote, soit deux points de plus que l’actuel numéro un parti Renaissance Stéphane Séjourné (20 %).

Il faut noter qu’avec Bruno Le Maire, ex-LR, la liste des Républicains perd 0,5 d’intention de votes et tombe à 6 % contre 6,5 % face à une liste menée par Stéphane Séjourné. Dans les deux cas de figure, le Rassemblement national emmené par Jordan Bardella est très largement en première position avec 29 %.

Bruno Le Maire s’amuse de voir son nom « dans la moulinette des sondages » et préfère évoquer d’autres profils « de meilleure qualité » que lui. Il cite ainsi Stéphane Séjourné mais aussi l’actuel ministre des Transports et ex-ministre des Affaires Européennes Clément Beaune qui « connaît parfaitement ces sujets ».

La tête de liste Renaissance ne sera pas dévoilée avant début 2024. « Être prêt trop tôt, ce n’est pas être bien prêt », justifie Bruno Le Maire.

À voir également sur Le HuffPost :

Willy Schraen, le patron des chasseurs, veut être candidat aux élections européennes en 2024

Européennes 2024 : Nathalie Arthaud mènera la liste Lutte Ouvrière