Bruno Le Maire : "Je connais plus de fous parmi les politiques, que dans tout autre métier "

·1 min de lecture

« Ecrire ne fait pas partie de mes fonctions, administratives mais de mes fonctions vitales. » Bruno Le Maire, ministre écrivain, sait qu'on pourrait lui reprocher ce temps passé à raconter, plutôt qu'à agir. L'un n'empêche pas l'autre, pense-t-il. C'est pourquoi il s'est entêté à coucher sur le papier sa vision de la France et son ressenti d'homme. Son livre L'ange et la bête (Editions Gallimard) a pris corps l'été dernier, pendant ses quinze jours de vacances en famille. « Je voulais fixer des choses et transmettre ce que j'avais vu de la crise », confie-t-il à Gala. Puis il continua à écrire. Au petit matin avant de rejoindre Bercy. « C'est un moment où j'ai l'esprit libre et nettoyé par la nuit », confesse-t-il. Son sommeil n'est pourtant pas des plus sereins. Il raconte, dans son livre, les pensées qui le rattrapent. Des images de salariés précaires ou de femmes seules, sans qualification, qui se retrouvent sans emploi du jour au lendemain. « Les insomnies font partie de ma charge, assure le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance. Ce qui m'apaise ? Soit lire, soit lire. »

Sa passion pour la littérature lui a été transmise par sa grand-mère, une femme adorée. Avec elle, le petit Bruno a découvert Jules Verne et a vibré pour les aventures de Michel Strogoff. « J'ai été littéralement englouti. C'est une expérience qui m'a marqué à vie. » Une passion qu'il essaye de transmettre à ses quatre fils âgés de 9, 12, 18 et 21 ans. « La littérature vous ouvre des horizons (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Penelope Cruz : changement de look total pour la star ibérique... Instagram sous le charme
Victoria Bedos : "différente", elle évoque son mal-être au sein "d'une famille qui fait beaucoup de bruit"
Yann Arthus-Bertrand : la maladie de Parkinson de son épouse Anne, son autre combat
Kate Middleton : cette apparition surprise et engagée qui émeut les Anglais
"C'est abject !" : Véronique Bachet-Dabadie répond aux lourdes accusations de sa belle-fille