Bruno Debrandt : "Dans Plan B, nous ne faisons pas que les clowns" (TF1)

·1 min de lecture

Pourquoi avez-vous souhaité jouer dans cette fiction ?

Bruno Debrandt : J’ai trouvé que cette série, découpé en six épisodes, était extrêmement bien écrite. En utilisant le mélange des genres, avec la science-fiction qui permet de revenir dans le passé, elle offre une exploration psychologique. Et pose aussi l’éternelle question de savoir ce que l’on aurait pu faire autrement quand il nous arrive quelque chose de terrible.

Que diriez-vous de Nicolas ?

Au départ, il semble soumis, un peu lâche et trop bohème. Il a été mis à l’écart et a visiblement accepté que son ex-femme s’occupe des enfants. Cela dit, comme cette famille peut repartir en arrière pour changer les événements, chacun devrait trouver une nouvelle place…

Justement, le retour vers le passé oblige les acteurs à jouer à nouveau certaines parties du récit de manière différente. C’est un exercice compliqué ?

C’est surtout intense, car il faut constamment rester très concentré et beaucoup s’investir.

À lire également

Plan B (TF1) Julie de Bona : "J’ai été totalement retournée par cette histoire"

Que pensez-vous des thèmes abordés ?

Ces thèmes hyper ambitieux démontrent une vraie évolution des contenus pro... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi