Brune Poirson accusée de se « moquer des électeurs » : l’ex-ministre dans la tourmente

·1 min de lecture

Une page s'est tournée pour Brune Poirson. Après avoir été écartée du gouvernement de Jean Castex, l'ancienne secrétaire d'État a rejoint le secteur privé en devenant directrice du développement durable au sein du groupe Accor. Dans un communiqué transmis à l'Agence France-Presse début avril, celle qui était aussi députée a expliqué ne plus souhaiter "faire formellement de la politique", mais continuer de porter "sous d'autres formes, un combat concret et sans renoncements en faveur de la transition écologique et solidaire." Des propos qui ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. Auprès de nos confrères du Monde, Julien Aubert, député LR du Vaucluse, a critiqué cette soudaine reconversion : "Oser dire qu'elle va faire du concret en allant bosser dans le privé, c'est à la fois se moquer des électeurs et mépriser la fonction d'élu", a-t-il affirmé.

Julien Aubert est même allé plus loin dans ses propos : "En vérité ce qu’elle appelle 'du concret', c’est tout simplement faire du fric et la bonne vieille technique du pantouflage." L'intéressée devrait apprécier. L'ancienne secrétaire d'État et députée s'est aussi attirée les foudres d'un ancien membre de la majorité, Aurélien Taché, qui a depuis fondé le parti Les Nouveaux Démocrates. "En Marche ! a parié sur des gens de la société civile pour moderniser la politique, mais à quoi ça sert s'ils ont une approche intéressée et ancien monde ?", s'est-il interrogé auprès du quotidien. Si le départ de Brune Poirson de la sphère politique (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Olivier Véran « à la ramasse », le Dr Martin Blachier ne mâche pas ses mots
Issa Doumbia : comment Jamel Debbouze l’a sauvé de “gens peu recommandables”
Une "blessure" : le prince Harry n'a pas retrouvé la confiance de la famille royale
Kate Middleton, la reine des coeurs
Angelina Jolie fait le lien entre son divorce et ses difficultés dans sa carrière