Le bruit pourrait favoriser les maladies cardiovasculaires

France 2
·1 min de lecture

De plus en plus de Français se plaignent du bruit. Ils seraient près de 9 millions à subir les nuisances sonores dues aux transports. Ceux de la région parisienne y sont particulièrement exposés. En février 2019, l'observatoire du bruit en Ile-de-France a déterminé que les habitants de la région pourraient perdre jusqu'à trois ans de vie en bonne santé.

Quels sont les effets de cette pollution sonore sur notre organisme ? Ils ont été étudiés dans plusieurs rapports, mais les réactions de notre organisme face au bruit sont difficiles à mesurer avec précision. A l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), Basile Chaix dirige une étude inédite en France. Son but est d'observer l'impact direct du bruit des transports sur notre tension et notre rythme cardiaque. Comme 300 autres participants, la journaliste d'"Envoyé spécial" va jouer les cobayes.

Rythme cardiaque : 60 battements par minute dans un parc, 75 sur un boulevard bruyant

Pendant une journée, elle devra porter un brassard qui mesure toutes les dix minutes son rythme cardiaque et sa tension. Un sonomètre équipé d'un petit micro enregistrera les sons qui l'entourent en temps réel. Ainsi équipée, la journaliste va passer une heure dans deux environnements sonores très différents : dans le vacarme d'un boulevard parisien, puis dans le calme d'un parc. Pour ne pas perturber sa fréquence cardiaque, elle va rester immobile en lisant un livre, tandis que les appareils enregistrent les données de l'expérience.

Une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi