Bruit en Île-de-France : "Un facteur de dégradation de la santé", oublié par "les architectes dans l'urbanisme", alerte Bruitparif

franceinfo
Le trafic automobile, les aéroports, les voies ferrées... Une succession de pics de bruit qui altère la santé des riverains en augmentant le stress et en perturbant le sommeil.

"Le bruit est un facteur de dégradation de la santé", affirme vendredi 8 février sur franceinfo Fanny Mietlicki, la directrice de Bruitparif, alors que l'organisme chargé de mesurer les nuisances sonores en Île-de-France publie un rapport mettant en lumière que plus de 100 000 années de vie en bonne santé sont perdues tous les ans dans la région. "On ne quantifie pas de la mortalité, mais de la morbidité, le risque accru d'avoir des problèmes de santé", explique-t-elle.

Le bruit est oublié dans notre société, "y compris dans l'urbanisme", a ajouté Fanny Mietlicki, pour qui "les architectes ont beaucoup de mal à intégrer la dimension du sonore".

franceinfo : A-t-on plus de chance de tomber malade dans une zone où il y a beaucoup de bruit ?

Fanny Mietlicki : Le bruit est un facteur de dégradation de la santé. Il a plusieurs types de conséquences. Il y a des perturbations du sommeil qui engendrent des conséquences en termes de fatigue chronique, de risque accru d'avoir des accidents au travail ou sur la route. Deuxième conséquence : la gêne ressentie. Il y a des maladies cardiovasculaires parce que le bruit est un facteur de stress. Il perturbe le rythme cardiaque et est source d'hypertension. Et pour les enfants scolarisés, le bruit est un trouble pour les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi