Bruit à Paris : l’enfer, c’est les autres

Libération.fr

«Paris est une ville magnifique et enviée, mais on la déteste parce qu’y vivre coûte cher et, surtout, parce qu’elle est très bruyante. Trop bruyante, notamment pour les piétons. Près de 250 000 Parisiens (plus d’un sur dix) sont exposés à des niveaux sonores qui dépassent le seuil limite réglementaire (68 décibels) par jour ! Dans plus d’une centaine d’écoles, plusieurs dizaines d’hôpitaux et de cliniques, des milliers d’appartements situés sur les grands axes, sur nos places où les terrasses deviennent un enfer, les Parisiens et Franciliens sont agressés par le bruit des deux-roues. […]. Si l’on s’en tient au coût économique du bruit, il est considérable. Jusqu’à deux années de vie en bonne santé, en cas de forte exposition, selon Bruitparif. Plus de 16 milliards d’euros pour la seule Ile-de-France. Et près de 4 milliards par an pour les seuls bruits de voisinage. Madame Hidalgo, Madame Pécresse, qu’attendez-vous ?»

Gilles Fumey, géographe, blog Géographies en mouvement sur Libération.fr



Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Les exilés entrent en scène
François Hollande, fossoyeur du Parti socialiste ?
La tentation de l’aventure
D’un peuple de robots et de son chef
Le «plafond gris» : Mélenchon et Le Pen face à l'électorat âgé

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages