Broyage et gazage des poussins : la décision inédite de la France

·1 min de lecture
Le 1er janvier 2022, la France deviendra le premier pays au monde à interdire le broyage et le gazage des poussins mâles.
Le 1er janvier 2022, la France deviendra le premier pays au monde à interdire le broyage et le gazage des poussins mâles.

L'interdiction prendra effet le 1er janvier 2022. Selon les informations du Parisien, à retrouver dans un article publié dimanche 18 juillet, la France deviendra ainsi le premier pays au monde à interdire le broyage et le gazage des poussins mâles. Le ministre de l?Agriculture, Julien Denormandie, avec son homologue allemand, va tenter de convaincre les autres ministres européens de lui emboîter le pas, lors du Conseil européen « agriculture et pêche » prévu lundi 19 juillet.

50 millions de poussins mâles tués

Un projet de décret est attendu « à la fin de l?été » devant imposer aux couvoirs de poules d?avoir « installé ou commandé » au 1er janvier prochain un appareil permettant de détecter le sexe des poussins dans l??uf. « Au 1er janvier 2022, tous les couvoirs de poules devront avoir installé ou avoir commandé des machines permettant de détecter le sexe des poussins dans l??uf, avant éclosion, a déclaré Julien Denormandie dans son entretien au Parisien. L?objectif : mettre fin à l?élimination de « 50 millions de poussins mâles juste après leur naissance chaque année en France ».

À LIRE AUSSIBelgique : bien-être animal contre religion

Le broyage des poussins mâles après leur éclosion ? parce qu?ils ne pondront pas d??ufs et sont jugés trop chers à élever et peu rentables car moins fournis en viande ? est déjà interdit depuis le 1er janvier 2020 en Suisse, un pays qui autorise néanmoins l?élimination des poussins avec du gaz CO2. De son côté, l?Allemagne a vo [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles