Les Bronzés 3 amis pour la vie (TMC) : pourquoi le film a t-il mis autant de temps à se concrétiser ?

·1 min de lecture

Les Bronzés sont certainement la bande de potes la plus en vue du septième art. Incarnés par la troupe du Splendid, ces personnages hauts en couleurs ont marqué l'histoire de la comédie avec trois films sortis en salles et multi-diffusés à la télévision. Dernier en date, Les Bronzés 3 : amis pour la vie, diffusé ce soir sur TF1.

Vingt-sept ans, c'est le temps qu’il aura fallu attendre pour retrouver la fameuse bande des Bronzés, devenue culte au fil des multiples rediffusions de ses deux premières aventures, sur petit écran. L’agenda surchargé des uns et des autres et quelques brouilles expliquent ce délai plutôt longuet. Et c’est finalement l’abandon du projet Astérix en Hispanie, sur lequel travaillait Gérard Jugnot et qui devait réunir tous les membres de la troupe, qui a rendu possible le retour des nos touristes préférés.

Comme pour les deux premiers films, c’est toute la bande du Splendid qui est créditée en tant que scénariste de ce troisième volet. Ce sont cependant Christian Clavier et Thierry Lhermitte qui ont été à l’origine de l’histoire. Tous deux se sont isolés pendant près de deux semaines en Corse pour livrer une première mouture, sur laquelle chacun ajoutait ensuite ses propositions. Un processus qui aura duré six mois. À noter parmi les petits nouveaux, les belles Ornella Muti et Caterina Murino – laquelle avait déjà travaillé avec Christian Clavier sur L’Enquête corse (2004) –, et… Arthur Jugnot, le fils de Gérard Jugnot, qui joue la progéniture de ce dernier (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

La vache (France 3) : pourquoi l'héroïne bovine du film s'appelle Jacqueline
Le Chant du loup (M6) : c'est quoi une "oreille d'or" ?
Halloween (Shadowz) : les origines d'une saga d'horreur légendaire
Cosmic Sin (Prime Video) : qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?
Cannibal Holocaust (Shadowz) : l'incroyable histoire vraie derrière ce film d'horreur choc