Bronchite, angine, grippe : les dangers du mauvais usage des antibiotiques

La consommation d'antibiotiques est repartie à la hausse en France en 2021, notamment chez les enfants de moins de 4 ans.
La consommation d'antibiotiques est repartie à la hausse en France en 2021, notamment chez les enfants de moins de 4 ans.

Les Français consomment encore trop d’antibiotiques, alerte un rapport de Santé publique France. Le risque du mésusage est de créer une résistance aux bactéries, à l’origine de plus de 5500 décès chaque année.

L’abus d’antibiotiques est dangereux pour la santé. La consommation excessive ou incorrecte de ces médicaments favorise l’antibiorésistance, responsable de 5 543 décès par an en France, selon une étude du Centre européen de prévention et contrôle des maladies. À l’occasion de la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques qui se tient du 18 au 24 novembre, Santé publique France, le ministère de la Santé et de la Prévention et l’Assurance Maladie lancent une campagne de prévention "Les antibiotiques : bien se soigner, c'est d'abord bien les utiliser".

Bronchite, laryngite, angine, grippe… On fait le point sur l’utilité des antibiotiques avec le Dr Anne Berger-Carbonne, microbiologiste et responsable de l’Unité infections associées aux soins et résistance aux antibiotiques à Santé publique France.

Les antibiotiques, efficaces contre les maladies bactériennes

Les médicaments antibiotiques agissent soit en empêchant le développement des bactéries, soit en les tuant. Il en existe plusieurs familles (pénicillines, quinolones, macrolides, etc.) et chacune d’elles n’est efficace que contre une bactérie ou une famille de bactéries spécifiques. Ils peuvent ainsi faire l’objet d’une prescription médicale contre les maladies d’origine bactérienne comme :

  • La cystite

  • La pneumonie bactérienne

  • L’angine bactérienne

  • La méningite bactérienne

  • Le furoncle ou l'abcès

  • La pyélonéphrite aiguë

Pour limiter le phénomène de résistance aux antibiotiques, "la durée du traitement doit être respectée scrupuleusement, insiste le Dr Anne Berger-Carbonne. Les médicaments restants doivent être rapportés en pharmacie et ils ne doivent jamais être réutilisés pour soi ou pour ses proches, même si les symptômes sont similaires."

Les antibiotiques, inutiles contre les infections virales

Les antibiotiques n’ont, en revanche, aucun effet sur des infections provoquées par un virus telles que :

  • La bronchite aigüe

  • L’angine virale

  • La grippe saisonnière

  • La rhinopharyngite (ou rhume)

  • La laryngite.

Selon un rapport de Santé publique France publié le 2 novembre, près d’un Français sur deux pense qu’il est recommandé de prendre des antibiotiques pour un mal de gorge et que les antibiotiques permettent de se remettre plus vite sur pied. Or, 80% des angines sont virales et les antibiotiques n’agissent pas sur les symptômes comme la toux, la fièvre ou les maux de tête. "La consommation d’antibiotiques ne permet pas de se remettre plus vite d’une infection virale, qui guérit naturellement en une à deux semaines, précise le Dr Anne Berger-Carbonne. Quand on a une infection de la sphère ORL, on se repose chez soi et on prend des antipyrétiques (paracétamol par exemple, ndlr) contre la fièvre par exemple."

"L’antibiorésistance pourrait devenir l’une des principales causes de mortalité dans le monde"

Dans son rapport, Santé publique France s’inquiète de la hausse de la prescription d'antibiotiques en 2021, particulièrement chez les enfants de 0 à 4 ans, après une baisse observée en 2020. "Environ 700 prescriptions d’antibiotiques pour 1 000 habitants ont été réalisées en France cette année, hors hospitalisation", souligne le médecin.

L’usage inapproprié ou incorrect a contribué au développement et à la dissémination des bactéries résistantes aux antibiotiques, appelée antibiorésistance. Elle se manifeste lorsqu’une bactérie développe des mécanismes de défense, diminuant ou annulant l’action des antibiotiques. "Si les habitudes de surconsommation d’antibiotiques ne sont pas stoppées, l’antibiorésistance pourrait devenir l’une des principales causes de mortalité dans le monde", note le ministère de la Santé. D’après une étude du centre européen de prévention et contrôle des maladies, cette résistante provoquerait chaque année en France près de 5 500 décès.

"La résistance aux antibiotiques pourrait entraîner des complications à cause d’infections bactériennes jusqu’alors faciles à traiter, des maladies plus longues et difficiles à soigner et une utilisation de médicaments plus puissants pour arriver à soigner", explique le Dr Berger-Carbonne. L’antibiorésistance peut également entraîner plus de risques lors d’interventions chirurgicales en cas de résistance aux antibiotiques.

VIDÉO - L'antibiorésistance: un phénomène qui tue plus que le sida et le paludisme