La bronchiolite est de retour, comment reconnaître les signes d'alerte

·2 min de lecture

SANTÉ - L’an dernier, en pleine épidémie de Covid, la bronchiolite et autres maladies hivernales s’étaient moins montrées que d’habitude. Mais cette année, elles font un retour en force.

Dans son bulletin du 6 octobre, Santé Publique France (SPF) enregistrait ainsi une hausse de 24% des passages aux urgences pour cause de bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans par rapport à la semaine précédente.

(Photo: Santé Publique France)
(Photo: Santé Publique France)

Dès début septembre, SPF alertait à ce sujet: “Une épidémie de plus grande ampleur que celle observée chaque année est possible l’an prochain du fait de la moindre stimulation immunitaire induite par la faible circulation du virus cet hiver, dans un contexte de levée des mesures barrières”.

La bronchiolite est une infection virale respiratoire qui atteint les petites bronches. Elle se caractérise par une gêne respiratoire dont les signes sont une toux et une respiration sifflante et rapide, d’après les définitions du réseau bronchiolite Île-de-France et de l’Assurance maladie. Elle est en général bénigne, mais touche tout de même 30% des enfants de 1 mois à 2 ans chaque année.

Respiration plus rapide que d’habitude

Étant donné le nombre de passages aux urgences en hausse, comment reconnaître les signes d’alerte de cette maladie? Comment la distinguer d’un rhume, d’une rhinopharyngite ou d’une simple toux?

“Petit à petit, une toux sèche apparaît. Puis survient une gêne respiratoire qui se traduit par une respiration rapide et sifflante. À ce stade de la maladie, l’enfant peut avoir des difficultés à s’alimenter”, peut-on lire sur le site de la Sécurité sociale.

L’Association Française de Pédiatrie Ambulatoire (AFPA) liste sur son site Mpedia les signes suivants:

  • “le ventre se soulève, les espaces entre les côtes se creusent

  • Un battement des ailes du nez,

  • Une respiration plus rapide que d’habitude (dépassant 60 respirations par minute)

  • Une fièvre très élevée,

  • Une diminution des quantités bues par journée (moins de la moitié de la quantité bue habituellement en 24 h),

  • Une altération de l’état général (sourit moins, pleure beaucoup, est tout mou, etc.)”

“La surveillance de votre bébé est très importante”, note l’AFPA. Il faut toutefois noter que, cette année, “les urgences pédiatriques sont déjà saturées”, alerte ainsi Christèle Gras Le Guen, présidente de la Société française de pédiatrie, contactée par 20 Minutes. “Compte tenu de la saturation des urgences, il faut que les familles ne viennent que sur indication médicale ou alors pour les bébés de moins de 3 mois”, poursuit-elle.

Et si vous devez arrêter de travailler pour vous occuper de votre enfant malade, vous pouvez bénéficier de jours de congés dédiés.

À voir également sur Le HuffPost: Le réflexe craquant de cette petite fille décrit parfaitement nos obsessions face au Covid-19

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles