Les Britanniques payés pour réduire leur consommation d’électricité

Photo RUSSELL CHEYNE / REUTERS

“C’est une grande première” pour National Grid. Le le lundi 23 janvier, le gestionnaire du réseau électrique britannique compte déclencher son Service de flexibilité de la demande (DFS), rapporte The Daily Telegraph, alors qu’une vague de froid balaie le pays depuis quelques jours.

Mis au point l’année dernière, ce plan d’urgence “a été testé plusieurs fois, mais jamais dans une période de forte demande”, poursuit le journal conservateur.

Son objectif : inciter les foyers à réduire leur utilisation d’appareils électriques en échange d’une compensation financière “pouvant atteindre 10 livres sterling” (environ 11 euros) par jour – une goutte d’eau pour les consommateurs, confrontés ces derniers mois à une explosion des factures.

“Il s’agit par exemple de ne pas utiliser son lave-linge ou son lave-vaisselle, ni de recharger sa voiture électrique pendant un temps donné.”

D’après le quotidien londonien, National Grid aurait décidé dimanche de déclencher le DFS entre 17 heures et 18 heures, le 23 janvier, sur fond de “chute attendue des températures” à −2 °C. Quelques centaines de milliers ménages volontaires et dotés d’un compteur intelligent devraient être concernés.

Trois centrales à charbon rallumées

“Preuve supplémentaire de la pression sur le réseau électrique, trois centrales à charbon ont été rallumées en vue d’une possible utilisation dans la soirée, complète The Daily Telegraph. Ces sites devaient fermer en septembre 2022, dans le cadre de la réduction des énergies carbonées dans le bouquet électrique, mais leur durée de vie a été allongée pour affronter l’hiver.”

La décision de créer le DFS découle d’inquiétudes quant à l’approvisionnement du Royaume-Uni en gaz, dans un contexte incertain de guerre en Ukraine, précise The Daily Telegraph. “L’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires français”, source d’électricité pour de nombreux foyers du sud de l’Angleterre, “entre également dans l’équation, tout comme la fermeture des centrales britanniques vieillissantes”. Dernier facteur, la dépendance croissante du pays aux énergies renouvelables solaires et éoliennes, par nature intermittentes, “qui rendent la maîtrise du système plus complexe”.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :