Ces briques inspirées des Lego peuvent réparer les os cassés

·2 min de lecture

Des scientifiques de l’Oregon Health and Science University ont créé, grâce à l’impression 3D, une petite brique creuse de 1, 5 millimètre cube, transparente, destinée à servir de matrice aux tissus mous et durs pour réparer les os fracturés. Inspirées des Lego, ces petites briques peuvent s’empiler les unes sur les autres et prendre jusqu’à 29.000 configurations différentes. Leurs concepteurs ont déposé un brevet, pour le moment en instance.

Plusieurs briques empilées comparées à une pièce de 1 centimes de dollar. © OHSU
Plusieurs briques empilées comparées à une pièce de 1 centimes de dollar. © OHSU

Les nanotubes contre les fractures osseuses...

Des briques creuses pour stimuler la croissance des tissus

Cette petite brique possède un avantage unique : être creuse. En effet, ce trou peut être comblé par un gel contenant des facteurs de croissance qui stimulent la croissance osseuse. Selon un communiqué de presse de l’université de l’Oregon, le dispositif testé sur des os de rats a intensifié la formation de vaisseaux sanguins, trois fois plus qu’avec les matériaux conventionnels. 

« Les briques imprimées en 3D améliorent la réparation en stimulant la croissance des bonnes cellules au bon endroit, au bon moment. Différents facteurs de croissance peuvent être placés à l’intérieur de chaque bloc, nous permettant de réparer les tissus de façon plus précise et rapide. » explique Ramesh Subbiah, coauteur de l’étude.

Si ces petits blocs semblent intéressants pour des fractures, ils pourraient être aussi utilisés dans des cas plus complexes comme pour renforcer l’os de la mâchoire avant des implants dentaires ou pour reconstruire un os coupé dans le cadre de cancer des os.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles