Brigitte Macron vole au secours de son mari et s'expose aux critiques

En soutenant de façon appuyée son mari dans les médias, Brigitte Macron a irrité ces derniers jours la gauche, qui l'accuse aussi d'un clin d'oeil à la droite de l'échiquier politique.

"J'ai un mari qui est adorable avec sa femme (..) C'est un homme profondément honnête et profondément vrai", déclarait lundi sur TF1 l'épouse du chef de l'Etat, à l'occasion du lancement de l'opération Pièces Jaunes en faveur des enfants à l'hôpital.

Face aux lecteurs du Parisien, la Première dame s'est encore attachée jeudi à humaniser le président et à défendre son action, au moment où il joue une partie de son quinquennat sur la réforme des retraites : "J’entends que ce n’est pas de gaîté de cœur que la réforme est lancée mais que, sans cela, le système ne tient pas à long terme".

Coincidence ou pas, elle s'est dite aussi en faveur du port d'un uniforme  - "simple et pas tristoune" - à l'école, la veille du jour où la question était débattue à l'Assemblée dans le cadre de la journée réservée au groupe Rassemblement national.

A gauche, l'agacement est grand sur le sujet de l'uniforme, tout comme sur la réforme des retraites.

"Donc la femme du Président prend position pour défendre une politique publique le jour où le #RN la propose dans sa niche à l'Assemblée", ironise la secrétaire nationale des Verts, Marine Tondelier sur Twitter.

"Mme Brigitte #Macron n'a aucun mandat ni aucune fonction politique, elle n'a aucune légitimité à porter une parole d'autorité sur la #ReformeDesRetraites", estime pour sa part le député insoumis Bastien Lachaud sur Twitter.

- "Pas de stratégie de communication" -

Des reproches balayés d'un revers de main par un conseiller de l'exécutif. "Brigitte Macron est toujours sur les thèmes handicap, insertion, éducation, harcèlement, elle n’est pas dans l'écosystème exécutif", affirme-t-il.

"Elle ne dit pas +j'aimerais que le ministre fasse cela, que mon mari fasse cela+", relève un autre conseiller. Et d'insister : "Il n'y avait pas de stratégie de communication derrière. Elle ne porte pas la parole du président", ajoute-t-il en rappelant que l'opération Pièces Jaunes est toujours lancée en janvier, selon "le même plan" médias.

Pour l'expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet, "Brigitte Macron est la meilleure communicante d’Emmanuel Macron" et cette séquence médiatique ne peut que contribuer à "renforcer la popularité du chef de l’Etat" à un moment où il est "en perte de vitesse".

"C’est elle qui l’a rendu populaire par cette histoire d’amour (...) qui lui a donné un destin un peu romanesque, un peu atypique", juge-t-il.

Selon le spécialiste, pour la première fois aussi, l'épouse du président dispose d'un "domaine réservé", l'éducation, dans lequel elle donne régulièrement son avis, quitte à paraître éclipser le ministre chargé du dossier.

"On voit qu’elle prend du terrain sur ces sujets, elle se positionne vis-à-vis de Pap Ndiaye, elle le relègue au second plan", renchérit Guislaine David, secrétaire générale du Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire.

Sur l'uniforme, "on est clairement dans un clin d’œil politique au RN, qu’il soit voulu ou pas voulu", relève Philippe Moreau-Chevrolet.

Pour le sémiologue François Jost, Brigitte Macron se place surtout "sur le terrain de l'éthique" et du "courage". Mais rarement la "vie privée, l'intime" auront pris autant de place dans une interview de Première Dame, assure ce professeur émérite en communication à la Sorbonne Nouvelle. Et rarement une épouse de président aura été aussi loin dans ses prises de position, exception faite de Danielle Mitterrand avec ses prises de position en faveur de Fidel Castro ou des Kurdes.

vl/cs/alc