Brigitte Macron et sa petite phrase décriée sur Fortnite : elle met les points sur les i

·1 min de lecture

Brigitte Macron remet les pendules à l'heure. Invitée dans l'émission On n'est pas à l'abri d'faire une bonne émission sur France Bleu ce mercredi 10 février, la Première dame a réagi à la polémique concernant la phrase lancée il y a quelques jours lors d'une visite à la Maison des Adolescents de Blois, concernant le jeu video Fortnite. "Il faut trouver des solutions et ce sont des solutions que l'on cherche ensemble et que l'on va chercher ensemble. Il ne s'agit pas d'exclure les jeux, on ne vas pas exclure les jeux, on ne va pas exclure les réseaux, il est hors de question de ça, on s'inscrit dans notre temps résolument", a-t-elle déclaré.

Puis d'ajouter : "On peut très bien vivre avec mais il faut trouver le mode d'emploi, et à mon sens on ne l'a pas vraiment trouvé". Une manière de calmer les esprits, alors que beaucoup avaient critiqué la prise de position de Brigitte Macron sur le très populaire jeu vidéo. "Fortnite c’est terrible… Quand ils sont sur des jeux comme ça, comment faire pour qu’ils arrêtent ?", avait-elle déclaré. Après ce passage à Blois, l'épouse d'Emmanuel Macron avait notamment provoqué la stupéfaction d'Isabelle Saporta, qui n'a pas compris cette sortie qu'elle a jugé "hors-sol".

Une polémique dont se serait bien passé Brigitte Macron, qui a également dû s'adapter à la pandémie, alors que plusieurs de ses activités liées à son statut ont été reportées. "Chacune de ses visites entraîne une dizaine de personnes minimum, c’est plutôt déconseillé actuellement (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Bruno Solo : qui est sa femme Véronique Clochepin ?
Flashback - Comment Jennifer Aniston a appris la liaison de Brad Pitt et Angelina Jolie
Jennifer Lopez fataliste sur son mariage impossible avec Alex Rodriguez
PHOTOS - Charlotte Casiraghi et Dimitri Rassam, Meghan Markle et Harry, Beatrice Borromeo et Pierre Casiraghi... Les plus beaux couples du gotha
VIDEO - Najat Vallaud-Belkacem, une ministre "jugée" et "scrutée" : "On attend que vous trébuchiez"