Brigitte Macron fan de chanson française : ses confidences à un jeune homme

·1 min de lecture

A 67 ans, Brigitte Macron mène ses combats dans l'ombre. Et s’il y a bien une cause qui lui tient à cœur, c’est la lutte contre le décrochage scolaire. Voilà pourquoi la Première dame est particulièrement en désaccord avec la fermeture des établissements scolaires. Une annonce faite par Emmanuel Macron le mercredi 31 mars, à la suite du traditionnel conseil de défense dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Particulièrement engagée auprès des enfants en général, cette ancienne professeur de français et de théâtre a également décidé de faire de l’autisme l’une de ses principales luttes pendant la durée de sa présence à l’Elysée. Ce jeudi 1er avril, à la veille de la Journée mondiale de l'autisme, Brigitte Macron a visité la villa Elena dans les Hauts-de-Seine.

Il s’agit d’une grande maison de 300 mètres carrés dans laquelle vivent six jeunes adultes en situation de handicap, tous atteints de trisomie ou d’autisme. Ces adultes sont entourés d’une équipe de cinq éducateurs, qui sont chargés de leur apprendre à être autonomes. La maman de Tiphaine Auzière a visité les différentes chambres et a eu l’occasion de discuter avec ces jeunes adultes.

L’occasion pour Brigitte Macron de se confier sur ses goûts musicaux à Vianney, un jeune garçon qui possède une jolie collection de chansons françaises. “Edith Piaf, Michel Sardou, Mylène Farmer… Tu as bon goût ! Moi aussi j’aime la chanson française”, a confié la femme d’Emmanuel Macron. C’est la première fois que Brigitte Macron visitait (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Sharon Stone : pourquoi elle a elle-même payé le salaire de Leonardo DiCaprio sur un film
Caroline Ithurbide : son joli clin d'œil à Valérie Damidot pour sa nouvelle émission de bricolage
The Voice : la somme astronomique qu'Ariana Grande a touchée pour participer à l'émission
VIDEO Sheila : ses confidences émouvantes au sujet de la disparition des chanteurs yéyé
Vaccin AstraZeneca : cette décision radicale envisagée par le gouvernement de Jean Castex