De Brigitte Bardot à L214 : l'émergence de la cause animale en 10 dates

·1 min de lecture

Alors qu'une proposition de loi contre la maltraitance animale débarque à l'Assemblée nationale ce 26 janvier, "Marianne" revient sur les grandes dates de la cause animale.

Devenue incontournable dans le débat public, popularisée en son temps par Brigitte Bardot puis, plus récemment, dynamisée par les vidéos de l'association L214, la cause animale fait son chemin. D'abord bâtie sur la conviction que la cruauté envers les animaux menait à la violence envers les hommes, elle s'est peu à peu transformée pour mettre la sensibilité de l'animal au premier plan. Alors qu'une proposition de loi contre la maltraitance animale débarque à l'Assemblée nationale ce 26 janvier, Marianne dresse une chronologie en dix dates, illustrant la manière dont la cause animale s'est peu à peu imposée dans le débat public.1850 : loi Grammont, une histoire de mœursPremière loi française de protection pénale des animaux, le texte indique que "seront punis d'une amende de 5 à 15 francs, et pourront l'être d'un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques." Le symbole est fort mais la loi se limite aux sévices publics. Il s'agit surtout de préserver les hommes de scènes violentes de mutilation qui pourraient affecter leur sensibilité et les pousser au crime. "C'est une loi qui a pour principal objectif de maîtriser la violence populaire" expliquait en 2011 sur France Inter Christophe Traïni, sociologue et auteur...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Et si la BCE avait sauvé la Grèce en 2010 ?

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?