Publicité

Qui sont les Brigades du Hezbollah accusées d'avoir tué des soldats américains en Jordanie ?

Les miliciens irakiens des Brigades du Hezbollah sont accusés par Washington d’être à l’origine de l’attaque qui a fait trois mort et une quarantaine de blessés, le 28 janvier, sur une base américaine en Jordanie. Symbole de l’influence iranienne en Irak, cet influent groupe armé pro-Iran échappe à l’autorité du pouvoir irakien dont il dépend en théorie.

Les attaques contre les troupes américaines au Moyen-Orient ont atteint un niveau inédit depuis le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre et la guerre qui s'est ensuivie à Gaza entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.

Depuis la mi-octobre, les soldats américains et ceux de la coalition antijihadiste ont essuyé 165 frappes de drones et tirs de roquettes contre leurs positions en Irak et en Syrie. Mais ils n'avaient jusqu'ici déploré aucune perte humaine.

La dernière attaque en date, dimanche 28 janvier, au cours de laquelle trois soldats américains ont été tués et une quarantaine d'autres blessés sur une base logistique – la "Tour 22" - située en Jordanie à la frontière avec la Syrie, est un tournant.

L'Iran a démenti toute implication dans ce raid meurtrier, qui n’a pas été revendiqué. Toutefois, selon Sabrina Singh, une porte-parole du Pentagone qui s'est exprimé le lendemain, il porte "l’empreinte des Kataëb Hezbollah [Brigades du Hezbollah]", dont il présente le modus operandi.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Un départ de la coalition internationale "serait un drame absolu" pour l’Irak
En Irak, un chef et un membre du Hachd al-Chaabi tués par une frappe attribuée à Washington
Les États-Unis mènent des frappes en Irak contre trois sites liés à l'Iran