Bridgestone, Pastel FM: les accusations de Sébastien Chenu démenties par l'équipe de Xavier Bertrand

Florian Bouhot
·2 min de lecture
Sébastien Chenu, candidat RN aux élections régionales dans les Hauts-de-France, était l'invité de BFM Grand Lille. - BFM Grand Lille
Sébastien Chenu, candidat RN aux élections régionales dans les Hauts-de-France, était l'invité de BFM Grand Lille. - BFM Grand Lille

"Mon adversaire, c'est plutôt un système". Invité de BFM Grand Lille ce mercredi soir, Sébastien Chenu, candidat du Rassemblement national (RN) aux élections régionales dans les Hauts-de-France, a nié faire de Xavier Bertrand son opposant principal dans les urnes. Le député frontiste a néanmoins fustigé une partie du bilan du président sortant et multiplié les accusations. L'équipe de Xavier Bertrand a tenu à en rectifier certaines.

>Bridgestone

"Quand Xavier Bertrand fait voter des subventions à des entreprises qui licencient, comme Bridgestone, il abîme la région", a notamment lancé le député frontiste, en référence aux 863 emplois qui seront supprimés par le géant du pneumatique sur le site de Béthune, amené à fermer ses portes cette année.

Dans l'entourage de Xavier Bertrand, on réfute cette accusation. "Nous n’avons pas attribué une subvention à Bridgestone, mais nous avons subventionné une formation aux salariés en 2017 pour 112.000 euros, bien avant la décision de Bridgestone de partir", a souligné l'équipe du président sortant auprès de BFM Grand Lille.

>Pastel FM

Sébastien Chenu ne s'est pas arrêté à Bridgestone et a lancé d'autres attaques contre Xavier Bertand. "Quand il fait voter des subventions à Radio Pastel (Pastel FM, ndlr), qui est une radio qui soutient des pratiques, des complots, des discours islamistes, il abîme la région", a également fustigé le candidat du Rassemblement national.

La région assure pour sa part ne plus subventionner cette antenne "depuis 2017, puisque c’est une radio confessionnelle". Et précise que Pastel FM a déposé un recours devant le tribunal administratif pour de nouveau bénéficier de financements publics.

>La campagne de vaccination

S'agissant de la campagne de vaccination, le candidat frontiste a dénoncé "une région aux abonnés absents". Là encore, l'équipe de Xavier Bertrand a tenu à se défendre. "Nous avons déjà dit à l’Agence régionale de Santé et à l’État que nous étions prêts à organiser des campagnes partout, mais nous n’avons aucun feu vert, comme toutes les autres collectivités", a-t-elle indiqué.

Quant au dépistage, l'équipe du président sortant indique que Xavier Bertrand a proposé aux rectorats d’organiser des campagnes de tests dans les lycées, mais ceux-ci ont décidé de garder la main.

Si la date des élections régionales est encore incertaine -le scrutin pourrait être reporté de mars à juin-, l'heure des premières passes d'armes politiques a semble-t-il déjà sonné.

Article original publié sur BFMTV.com