Le bricolage séduit toujours : "Il s’est vendu quasiment un pot de peinture par minute !"

·1 min de lecture

Comme de nombreux Français, vous avez peut-être profité des confinements et du couvre-feu pour acheter un nouveau meuble ou refaire une pièce. Malgré la crise du coronavirus, le secteur de l’habitat et du bricolage se porte bien, avec une croissance d’environ 5% l’an passé. Un succès qui ne se dément pas, un an après le premier confinement. Le directeur général de Leroy Merlin, Thomas Bouret, est revenu sur les bons chiffres du secteur, lundi dans l’émission La France Bouge sur Europe 1. 

>> Retrouvez toutes les émissions de La France bouge de 13h à 14h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

"Une année record pour notre marché" 

Si Leroy Merlin a dû faire passer une quarantaine de magasins en activité partielle en raison des directives gouvernementales, sa croissance a dépassé les 5% l’an passé, pour un chiffre d’affaires de 7 milliards d’euros. Une année record, assure Thomas Bouret. "C’est une année record pour notre marché. On prend notre part puisqu’on est un peu au-dessus du marché. C’est une année qui a révélé l’envie des Français d'aménager leur maison", analyse-t-il. "La période du confinement, et notamment le premier, n’est pas étrangère à tout cela", explique-t-il. 

>> A LIRE - Leroy Merlin propose 2.000 emplois pour les étudiants, dont 200 en alternance

"Il s’est vendu quasiment un pot de peinture par minute sur notre réseau depuis mars dernier"

Un an après le premier confinement, "l’activité est toujours intense", se satisfait le directeur gé...


Lire la suite sur Europe1