Brice Hortefeux et Alain Duhamel racontent à Mediapart comment ils se sont retrouvés à déjeuner chez Leroy

Romain Herreros
·Journaliste politique
·2 min de lecture
L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux photographié en 2019 (illustration) (Photo: CHRISTOPHE ARCHAMBAULT via AFP)
L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux photographié en 2019 (illustration) (Photo: CHRISTOPHE ARCHAMBAULT via AFP)

POLITIQUE - Un ancien ministre de l’Intérieur, aujourd’hui eurodéputé, qui s’affranchit (à son insu) des règles sanitaires en vigueur, c’est possible. C’est en tout cas de cette façon que Brice Hortefeux a justifié ce samedi 10 avril auprès de Mediapart sa présence à la table du chef Christophe Leroy à la fin du mois de mars. Le site d’investigation s’est effectivement penché sur le phénomène qui a agité le monde politico-médiatique tout au long de la semaine: les restaurants clandestins.

Durant cette enquête, le journal en ligne a pu établir que Brice Hortefeux avait déjeuné le 30 mars “dans un appartement reconverti en restaurant clandestin” en compagnie de l’éditorialiste politique Alain Duhamel. Un déjeuner de travail initialement prévu au siège des Républicains qu’aucun des deux ne conteste, et sur lequel ils reviennent en détail pour souligner comment ils se sont retrouvés dans cette situation, dont le journaliste est ressorti “troublé”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L’ami intime de Nicolas Sarkozy raconte que l’une de ses connaissances lui a glissé au cours d’une conversation qu’il était membre d’un club, et qu’à ce titre, il pouvait lui organiser des déjeuners et dîners. Brice Hortefeux affirme avoir interrogé en réponse la légalité de la proposition. “La personne me répond : ‘Oui’. D’ailleurs, pour me montrer que c’est légal, elle me fait passer des documents internet, en précisant que tous les jours, c’est publié sur les réseaux sociaux. Elle m’adresse aussi un article de Ouest-France du 7 mars vantant le truc”, poursuit l&r...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.