Brexit : le vent a tourné, une majorité de Britanniques estiment que "c'était une erreur"

**La production alimentaire au Royaume-Uni ralentit.**Les agriculteurs réduisent leurs activités pour faire face à la pénurie de main-d'œuvre, mais aussi à l'augmentation des coûts qui concerne notamment l'alimentation animale, ou encore à des problèmes d'exportation

Directrice de "Save British Food", Liz Webster représente un nombre croissant d'agriculteurs qui affirment que le Brexit a aggravé leur situation, “la situation est vraiment désastreuse, c'est une spirale hors de contrôle, c'est une catastrophe", dit-elle.

"Réintégrer le marché unique" ?

Elle fait maintenant campagne pour que le Royaume-Uni réintègre le marché unique. "Le commerce britannique est englué dans tant de paperasserie. Ça ne pourrait pas être pire pour nous. Il y a deux choses, oui vous êtes égoïste - vous êtes une entreprise. Mais j'ai aussi tendance à voir les choses pour l'ensemble du pays et je suis vraiment préoccupée par la sécurité alimentaire, les stocks de nourriture et l'approvisionnement en nourriture" plaide-t-elle.

Selon elle, "la solution rapide est de libérer nos échanges en réintégrant le marché unique le plus rapidement possible."

Le Brexit, une erreur pour une majorité

Et ce n'est pas seulement ceux qui travaillent dans l'agriculture qui changent d'avis. Selon les sondages, il y a eu un retournement de tendance depuis le référendum de 2016, qui s'est accéléré au cours de la dernière année. Désormais 57% des Britanniques estiment que le Brexit était une erreur !

L'industrie du vin a elle aussi été forcée de s'adapter. Cette entreprise a encore du mal à faire traverser la Manche à de grosses commandes de vin européen. Alors qu'autrefois c'était une question de jours, désormais il faut plusieurs mois. Beaucoup dans ce secteur sont frustrés de voir que les responsables politiques sont réticents à débattre d'un retour du pays dans l'UE.

"Je suis stupéfait que le débat n'ait pas lieu en ce moment - il y a tellement d'entreprises qui ont vraiment du mal. Chaque jour c'est difficile. Nous devons en parler honnêtement, avoir des débats sur l'union douanière, le marché unique, tout cela" estime Ben Wilcock, de la Compagnie Lant Street Wine.

Alors que le vent de l'opinion publique semble avoir tourné, les entreprises doivent continuer à s'adapter à une situation qui, dans certains cas, est loin de s'arranger.